En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
06.06.2017 à 15 H 40 • Mis à jour le 07.06.2017 à 02 H 18
Par
Hirak

Zafzafi et consorts: les accusations de l’instruction ouverte (procureur)

« Le juge d’instruction a ordonné la mise en détention préventive à la prison locale de Casablanca de sept individus parmi les mis en cause impliqués dans les faits objets du communiqué du Procureur général du Roi près la cour d’appel d’Al Hoceima du 27 mai 2017, après leur audition en première instance », annonce le Procureur général du Roi près la cour d’appel de Casablanca.


Les enquêtes se poursuivent toujours sous la supervision du Parquet de Casablanca avec les suspects, qui ont été présentés lundi par la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) devant le procureur général du Roi près la Cour d’appel de Casablanca, précise le procureur dans un communiqué.


A la lumière des investigations menées, le Parquet a demandé l’ouverture d’une enquête à l’encontre de ces personnes pour « leur présumée implication dans des crimes d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat, en menant une attaque ayant pour but la dévastation, le massacre et le pillage dans plusieurs régions, la préparation d’un complot visant à porter atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat, l’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat à travers la perception de sommes d’argent, de dons et d’autres avantages pour mener et financer une activité et une propagande visant à porter atteinte à l’intégrité du Royaume et sa souveraineté, et à ébranler la loyauté des citoyens envers l’Etat marocain et les institutions du peuple marocain », souligne le communiqué.



Ces accusations concernent également « la participation et la contribution à l’organisation de manifestations non autorisées, la tenue de réunions publiques sans autorisation, la participation à un attroupement armé et à des actes de violence contre les agents de la force publique ayant entraîné l’effusion de sang, l’offense et contribution à l’offense à une instance organisée et aux agents de la force publique lors de l’exercice de leurs fonctions, l’incitation publique et la contribution à l’incitation contre l’intégrité territoriale du Royaume, l’entrave préméditée d’un culte occasionnant un désordre de nature à en troubler la sérénité, la participation et l’incitation à la révolte armée et d’autres crimes passibles de sanctions pénales », conclut le communiqué.

Par
Revenir au direct