En off
Les confidentiels sur les cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
04.03.2019 à 14 H 05 • Mis à jour le 04.03.2019 à 14 H 05
Par
Immobilier

Casablanca Parc: avances détournées et plaintes en cascade au pénal

Depuis quelques jours, la révélation de certains documents bancaires consultés par Le Desk démontrant que certaines avances faites par des réservataires du projet Casablanca Parc ont été encaissées par le binôme Sadreddine Benhima et Hassan Benabdelali à travers, non pas la société Treize Huit ou sa holding Maprinvest, promoteur de l’ensemble immobilier, mais par Benbros Développement, une entité détenue par Benhima et Benabdelali et crée pour servir de captation des fonds, a relancé la polémique autour de cette affaire.


Un des cas documenté détaille la manœuvre. Benbros, pourtant non contractualisée est ajoutée en tant que partie bénéficiaire alors que le contrat de réservation est établi avec Treize Huit.


Un cas d'avance détourné vers la société Benbros.
La correspondance du chèque avec le contrat de réservation


Une situation alarmante qui a poussé Sadreddine Benhima à sortir de son mutisme en organisant une campagne médiatique. Sur Chada FM, il a promis de trouver une solution au bout de quelques semaines. Quant aux retards de livraison, Benhima a insisté sur le fait qu’il s’agit de… problèmes administratifs « avec des preuves de chez la protection civile ou le Conseil de la ville », pour signifier qu’il s’agit de problèmes « qui nous dépassent »


« Certains clients sont en droit d’aller au tribunal commercial », a-t-il déclaré pour calmer les ardeurs des familles affirmant Treize Huit aurait déjà restitué près de 30 millions de dirhams à certains réservataires.


Après son passage à la radio, c’est sur Le360.ma qu’il a fait publier des réponses écrites, rejetant la responsabilité des retards et de l’arrêt du chantier sur la Protection civile… « Les appartements sont prêts. Les bâtiments sont finis. Il manque juste le ponçage des sols, quelques couches de peinture. Puis, nous sommes en train de demander l’éclatement des titres fonciers. Nous sommes vraiment en phase finale », a-t-il déclaré alors que seuls trois blocs d’appartements ont été réalisés, dont un inachevé, alors que le projet en compte huit !…


Cerise sur le gâteau, Benhima reconnaît avoir sciemment procédé à de la cavalerie avec la société Benbros : « Dans le but de rembourser des clients, nous avons utilisé un véhicule qui nous appartient à 100 % pour pallier aux problèmes de saisies conservatoires sur les comptes de Treize Huit. Cela nous a permis de rembourser plus de 3,5 millions de dirhams aux clients. Les flux financiers on été répertoriés et comptabilisés avec transparence » ( !)


Ce lundi 4 mars, 90 réservataires lésés ont déposé plainte au pénal auprès du procureur du roi à Aïn Sebaâ.


D’après nos informations, Adil Derdabi, co-gérant de Maprinvest, aurait été interdit de quitter le territoire à Tanger, confirmant aussi ce que nous révélions précédemment. Les trois co-gérants sur lesquels enquête la police judiciaire sont sous le coup d’un blocage aux frontières.

Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu