logo du site ledesk
En off
Les confidentiels du monde des affaires et des cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
08.06.2021 à 12 H 24 • Mis à jour le 08.06.2021 à 18 H 40
Par
Nomination

Guillaume Pepy chargé par Suez de sauver le contrat Lydec à Casablanca

L’ancien patron de la SNCF française va prendre la présidence de la Lydec, filiale majeure de Suez, à Casablanca, pour un mandat d’une durée de trois ans. L’objectif étant d’assurer la continuité du contrat de délégation de services, objet de différends et de tensions avec le ministère de l’Intérieur

Guillaume Pepy, l'ancien dirigeant de la SNCF (Chemins de fer français) va prendre, très prochainement, la présidence de la Lydec, filiale du groupe Suez au Maroc en charge des services délégués à Casablanca.


Son poste sera « non exécutif », a-t-il décrit à l’AFP. Selon ses explications, il a été sollicité pour ce poste en raison du départ à la retraite du président du conseil d'administration sortant.


Jean-Pascal Darriet reste directeur général de cette filiale de Suez à 51 % qui gère depuis 1997 les services d'eau, d'électricité et d'éclairage public de Casablanca. Guillaume Pepy a « un double parcours », ayant été administrateur de Suez pendant douze ans de 2008 à 2020. « Et ensuite, j'ai la chance d'avoir accompagné le projet du TGV au Maroc » pendant ces mêmes douze années, a-t-il noté.


La nomination de l'ex-patron de la SNCF comme futur administrateur est à l'ordre du jour de l'assemblée générale de Lydec prévue le 28 juin. Ce mandat durerait trois ans, indique l'avis de convocation à l'assemblée. Son nom sera ensuite proposé pour succéder à l'actuel président, Dominique Mangin d'Ouince, directeur général délégué de Suez pour l'Afrique. Les deux autres grands actionnaires, la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) et l'assureur RMA Watanya (16 % chacun), devraient approuver ce parachutage, prévoit Africa Intelligence.


Le groupe français, objet d'une OPA de son rival Veolia, va se retrouver d'ici quelques mois recentré essentiellement sur ses activités françaises, et ne va garder à l'international que des actifs eau en Italie, au Maroc, en Inde et en Chine.


Au Maroc, où Suez est implanté depuis plus d'un siècle, il est un des principaux délégataires de services publics, à travers de nombreuses filiales implantées dans plusieurs villes. La plus importante d'entre elles est Lydec (à l'origine Lyonnaise des eaux de Casablanca), et l'arrivée pressentie de Guillaume Pepy intervient avant la révision du contrat de la ville, sur fond de tensions entre la société et les autorités.


Membre du comité d'administration de Suez depuis 2008, Guillaume Pepy en préside le comité « nominations, gouvernance et rémunérations » depuis 2019. « Sa mission à Casablanca sera nettement plus opérationnelle et politique : elle consistera à remettre d'aplomb le contrat de gestion déléguée de Lydec, dans l'espoir d'obtenir son prolongement en 2027 », analyse AI.


La dernière révision du contrat remonte à 2009, Lydec et les autorités n'ayant jamais réussi à régler leurs différends, notamment sur le financement des investissements d'infrastructures et sur les modalités de contrôle de maintenance et d'exploitation. Les inondations de Casablanca en janvier dernier ont remis ce problème à l’ordre du jour, étant devenu un point de discorde entre le maire PJD Abdelaziz El Omari et Lydec.


Les résultats de Lydec sont en décroissance d’année en année. L'exercice 2020 a même fini dans le rouge pour la première fois, avec 4 millions d'euros (43 millions de dirhams) de déficit, sur un chiffre d'affaires de près de 700 millions d'euros, relève AI.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu