logo du site ledesk
En off
Les confidentiels du monde des affaires et des cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
01.06.2022 à 16 H 55 • Mis à jour le 01.06.2022 à 17 H 32
Par
Diplomatie

Rabat-Amsterdam: le parti travailliste néerlandais exige de la transparence dans les relations bilatérales

À la suite de la rencontre entre Aziz Akhannouch et le premier ministre néerlandais, Mark Rutte, qui parle d’une « relation solide » et d'une « coopération agréable » entre les deux pays, à Rotterdam à l’occasion du congrès du Parti populaire européen, la députée du parti travailliste (PvdA), Kati Piri, a réagi. Dans des déclarations reprises par la presse, elle a fortement critiqué le premier ministre hollandais pour cette réception du chef du gouvernement marocain. Elle souhaite que le gouvernement soit transparent sur les relations néerlandaises avec le Maroc comme le rapporte deKanttekening.


Depuis un an, des accords entre les Pays-Bas et le Maroc ont été signés dont un plan d’action favorable au Maroc sur des sujets sources de mésentente tels que le financement des ONGs, le respect des institutions ou encore la coopération sécuritaire. La députée avait posé des questions parlementaires à ce sujet à l'été 2021, et regrette qu’il n’y ait « pas un mot mentionné sur la situation des droits de l'homme dans le pays ».


La députée faisait notamment référence au mouvement du Hirak dans le Rif qui avait accru les tensions ces dernières années lorsque Rabat accusait les Pays-Bas de soutenir les contestataires. Le cas Saïd Chaou et son extradition demandée par le Maroc était aussi un point noir de la diplomatie entre les deux pays.


Les Pays-Bas travaillent actuellement sur un traité d'extradition avec le Maroc, où de nombreux prisonniers politiques sont enfermés comme l’avait annoncé le média hollandais NRC il y a un an. Les deux pays sont passés outre leurs tensions à la suite de la publication d’un communiqué conjoint ce 11 mai des diplomaties des deux pays qui annonçaient que Amsterdam considérait le plan d’autonomie présenté par le Maroc en 2007 comme étant « une contribution sérieuse et crédible ».


Kati Piri se dit « préoccupée par la situation dans le Rif et la détention d'activistes dans cette région ». « Pour chaque question sur les militants du Hirak toujours emprisonnés, la réponse est invariablement que les Pays-Bas n'interviennent pas dans les poursuites judiciaires du Maroc. Une réponse assez étrange, car ces poursuites politiques ont été condamnées par des organisations de défense des droits de l'homme telles que Human Rights Watch et Amnesty International » dit-elle selon la même source.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu