En off
Les confidentiels du monde des affaires et des cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
14.12.2020 à 23 H 54 • Mis à jour le 14.12.2020 à 23 H 54
Par
Coopération

Sécuritaires marocains et israéliens collaboreront au sein d’une alliance internationale

Israël a officiellement rejoint l’Alliance internationale de sécurité (International Security Alliance (ISA), un groupe qui a pour siège Abou Dhabi et dont la mission est de lutter contre la criminalité organisée et transnationale.


Les membres de l’ISA, y compris le Maroc, ont accepté qu’Israël rejoigne l’organisation devenant ainsi son dixième membre.


Le Vice-Premier ministre des Émirats arabes unis et ministre de l’Intérieur Saif bin Zayed Al Nahyan a accueilli le ministre israélien de la Sécurité publique Amir Ohana, qui a représenté Israël à la réunion virtuelle de l’organisation tenue mercredi dernier.


L’ISA a été créée en février 2017 par les Émirats arabes unis et la France, et en mars 2018, Al Nahyan a annoncé son lancement avec cinq autres pays. Ses États membres actuels sont les Émirats arabes unis, la France, le Bahreïn, l’Italie, le Sénégal, l’Espagne, Singapour, le Maroc et la Slovaquie.


Depuis, de nombreuses discussions, réunions et projets communs ont eu lieu. En 2019, le premier projet a été lancé à Abu Dhabi sous le nom « ISALEX19 ». Une cinquantaine d’organismes chargés de l’application de la loi de ses États membres y ont participé, notamment des unités d’intervention rapide, des équipes de communication, des unités de défense civile et de déminage.


L’ISA « encourage le travail conjoint pour lutter contre la criminalité organisée et transnationale de différents types, développe des moyens de prévention et assure la durabilité de la sécurité et de la stabilité pour ces pays dans leurs efforts de promotion de la sécurité et la croissance de leurs peuples », peut-on lire sur son site officiel.


« L’Alliance accroît également les possibilités de coopération entre ces pays dans les domaines de la police et de la sécurité tout en tirant parti du partage d’expérience et d’informations pour contribuer à la paix et à la sécurité internationales », est-il mentionné.


D’autres objectifs comprennent la lutte contre « la radicalisation et la violence extrémiste ».

Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu