S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
29.03.2020 à 10 H 57 • Mis à jour le 29.03.2020 à 10 H 57 • Temps de lecture : 1 minutes
Par La rédaction

En Tunisie, des ouvrières s’enferment dans leur usine pour fabriquer des masques

Confinés au travail. Ce sont pas moins de 150 personnes, en majorité des ouvrières, qui se sont enfermées 24h/24 dans une usine tunisienne pour fabriquer des masques et protection pour les soignants, afin de parer à la forte demande, alors que la Tunisie connait 278 cas d’infection au Covid-19 et 8 décès.


« Nous sommes les seuls à les fabriquer pour les hôpitaux tunisiens : on ne peut pas prendre le risque de contaminer l'usine », indique Hamza Alouini, le directeur de Consomed, une entreprise familiale lancée 10 ans plus tôt dans la région de Kairouan.


Pour empêcher toute contamination des sites de production par le Covid-19, et donc toute interruption de la production, la société fonctionne désormais quasiment en vase clos : 110 femmes et 40 hommes travaillent et dorment dans les entrepôts de 5 000 m2.


L'entreprise est devenue le principal site de production du pays, et l'un des plus importants en Afrique pour les équipements de protection sanitaire tels que les masques, charlottes, et combinaisons stériles.


Des équipements devenus stratégiques depuis l’arrivée de la pandémie de coronavirus dans le monde et en Tunisie, pays qui à l’image de la Chine, a depuis interdit les exportations. Consomed doit désormais approvisionner les hôpitaux tunisiens.


Par ailleurs, l’agence TAP révèle que 100 professionnels de santé ont été mis en quarantaine et 4 médecins ont été infectés par le coronavirus en Tunisie.


SUIVEZ NOTRE LIVE SUR LA CRISE DU CORONAVIRUS AU MAROC ET DANS LE MONDE >                >                   ICI

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
En continu
Plus d'infos en continu