Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
03.12.2015 à 19 H 00 • Mis à jour le 03.12.2015 à 19 H 11
Par
COMMUNIQUE

Précisions sur l’interpellation de M. Mohamed D. Kamili, D.A du Desk

COMMUNIQUE DE PRESSE


Suite à un article paru le 3 décembre 2015 sur Le Monde Afrique, intitulé « Au Maroc, arrestation du « fixeur » d’une équipe de Canal+ », qui fait état de l’interpellation d’un membre de notre équipe, Le Desk tient à apporter les précisions suivantes :


  • Alors que l’instruction sur cette affaire est toujours en cours, qu’aucune charge contre M. Mohamed Drissi Kamili, directeur artistique du Desk, n’a été à ce jour rendue publique par la Justice dans le cadre d’une enquête judiciaire liée à un média autre que Le Desk, nous avons pris le parti de respecter scrupuleusement les volontés exprimées par sa famille de ne pas communiquer sur les bribes d’information non recoupées qui étaient en notre possession à ce sujet. Il s’agit, avant tout, de se conformer aux règles élémentaires de la pratique journalistique.


  • Contrairement à ce qu’avance Le Monde Afrique, dans un récit très imagé décrivant la venue d’une escouade de gendarmes au siège de notre publication, M. Drissi Kamili, n’a pas été interpellé sur son lieu de travail. A aucun moment, des éléments de la Gendarmerie royale ne se sont présentés aux portes du Desk, ni interrogé le portier de l’immeuble, ni patienté à son entrée que M. Drissi Kamili se livre à eux.


  • Il est aussi fait mention dans l’article de l’incapacité de son avocat, Me Youssef Chehbi, d’entrer en contact avec lui, « faute d’avoir été prévenu à temps ». A notre connaissance, Me Chehbi, qui conseille des proches de M. Drissi Kamili, ne s’est pas encore formellement constitué à ses côtés.

 

  • Sur la foi des déclarations des responsables de la société Magneto Presse, productrice du documentaire Aux royaumes du shit, diffusé sur la chaîne Canal+ le 18 novembre, témoignant dans les colonnes du Monde Afrique de la participation marginale de M. Drissi Kamili à ce film en juin dernier, nous sommes convaincus que sa responsabilité juridique ne peut être engagée de quelque manière que ce soit, au seul motif qu’il aurait assuré la fonction de « fixeur » pour l’équipe de tournage, pratique courante d’accompagnement dans la profession.

 

  • Le Desk exprime à travers ce communiqué son entière solidarité avec M. Drissi Kamili et réaffirme son total engagement, amical et professionnel, à ses côtés. Nous ne ménagerons aucun effort en sa faveur, par tous les moyens dont nous disposons, dans le strict respect de la déontologie journalistique et en bonne intelligence avec ses proches.


Fait à Casablanca, le 3 décembre 2015


Le Desk