Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
02.05.2016 à 09 H 16 • Mis à jour le 02.05.2016 à 18 H 19
Par
International

En Syrie, le carnage d’Alep se poursuit malgré les appels au cessez-le feu

Des secours évacuant un blessé suite aux raids aériens menés par l’aviation de Bachar Al-Assad. AMEER ALHALBI / AFP
De nouveaux raids aériens ont visé ce lundi avant l'aube la ville syrienne d'Alep meurtrie par des jours de bombardements, au moment où le secrétaire d'État américain John Kerry cherchait à Genève les moyens de mettre fin au bain de sang.

De nouveaux raids aériens ont visé lundi avant l’aube la ville syrienne d’Alep meurtrie par des jours de bombardements, au moment où le secrétaire d’Etat américain John Kerry cherchait à Genève les moyens de mettre fin au bain de sang.


Bombardée par les forces d’al-Assad. Plus de 250 civils dont une cinquantaine d’enfants ont péri depuis la reprise le 22 avril des violences à Alep, la majorité dans des raids menés par l’aviation du régime syrien, en violation de la trêve entrée en vigueur le 27 février à l’initiative de Washington et Moscou. Le régime du président Bachar al-Assad, qui jouit de la supériorité aérienne dans le conflit face aux rebelles, contrôle les secteurs ouest d’Alep, et les insurgés les secteurs est de la deuxième ville du pays, divisée depuis 2012 et principal champ de bataille de la guerre.

Des raids aériens meurtriers

Les civils sont les premières victimes de ce carnage comme le montrent de terribles vidéos diffusées en boucle sur certains médias. Après une journée calme dimanche dans les secteurs est, les raids aériens ont repris après minuit. Plusieurs quartiers, dont le populeux Boustane al-Qasr, ont été pris pour cibles. Aucune indication n’a pu être obtenue dans l’immédiat sur d’éventuelles victimes. Les rebelles ont pour leur part bombardé à l’artillerie lourde dimanche soir les secteurs ouest de la ville tuant trois civils dont un enfant, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).


Les raids aériens menés dans les quartiers d’Alep tenus par les insurgés avaient déjà coûté la vie à 123 civils, dont 18 enfants, au cours de la semaine écoulée a rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Un bilan qui s’aggrave donc de jour en jour.


Sur la même période, les bombardements rebelles de zones sous contrôle des forces gouvernementales ont fait 71 morts, dont 13 enfants, dans la population, poursuit l’organisation proche de l’opposition, dont le siège se trouve à Londres. Huit autres civils, dont trois enfants, ont été tués par des tirs de l’armée syrienne dans des secteurs de la ville aux mains des insurgés, ajoute-t-elle.


Jeudi dernier, l’hôpital Al-Qods d’Alep, situé dans un quartier tenu par les rebelles, a été visé par des raids. Vingt personnes y ont été tués dont trois enfants et le dernier pédiatre officiant encore dans cette ville. Les Etats-Unis, “scandalisés”  par ce bombardement effectué par le régime syrien, ont appelé la Russie à contenir le régime de son allié Bachar al-Assad.

Alep bientôt reprise par Bachar al-Assad ?

Chaque matin, des familles tentent de s’enfuir par la frontière turque, empruntant l’unique route encore ouverte. Tous sont convaincus que les forces de Bachar al-Assad sont sur le point de reprendre le contrôle de la ville. « On sait que si les frappes recommencent dans de telles proportions, c’est que les forces de Bachar al-Assad ont décidé de reprendre toute la ville », a assuré un témoin cité par Europe 1. « Là, ils font en sorte que les gens fuient, ensuite ils essayeront d’entrer dans Alep ». Récemment, l’éditorial d’un journal proche du régime a confirmé ses craintes : « L’offensive sur Alep commencera d’ici peu et se terminera rapidement ».


Avec agences