Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
02.05.2016 à 16 H 01 • Mis à jour le 02.05.2016 à 17 H 48
Par
BOTOLA

Mehdi Mezouari : « Boudrika veut exporter la crise que traverse son club au WAC »

A quelques jours du 120ème derby Casablancais qui se jouera à huis clos, le dimanche 8 mai, à Tanger, la tension est à son paroxysme entre les verts et les rouges. Suite au match qui a opposé le WAC à la Mouloudia d’Oujda, le président du Raja, Mohamed Boudrika, a déposé dimanche soir sa démission avant de menacer de boycotter purement et simplement le derby. Boudrika a justifié sa décision par le « favoritisme » dont bénéficierait le WAC. Le point avec Mehdi Mezouari, secrétaire général des rouges.

Le match qui a opposé le WAC à la Mouloudia d’Oujda hier soir a mis le feu aux poudres. Lors de cette rencontre surréaliste qui s’est soldée par la victoire des rouges (2 –  1), l’arbitre a expulsé trois joueurs en plus de l’entraineur de la Mouloudia et distribué plusieurs cartes jaunes. Les décisions de l’arbitre de la rencontre ont été considérées par le Raja comme « favorables » au WAC, qui a repris son fauteuil de leader grâce à cette victoire. En réaction, le président du Raja, Mohamed Boudrika, a déposé sa démission au sein de la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF), avant de menacer en direct sur l’émission L’match de Médi1TV de boycotter purement et simplement le derby. Pour le moment la FRMF n’a pas encore entériné la décision de Boudrika. Premier concerné par ces lourdes accusations qui remettent en cause tout le championnat national et les institutions du foot, le WAC préfère pour l’instant botter en touche. Questions à Mehdi Mezouari, secrétaire général des rouges.

Comment le WAC va réagir aux accusations de Mohamed Boudrika ?

Ce sont des propos dangereux pour la stabilité et la nouvelle orientation du football marocain. Boudrika veut exporter la crise profonde que traverse son club au WAC et il a brandi la carte de la démission à plusieurs reprises, mais cette fois un cap a été franchi. Nous ne rentrerons pas dans son jeu. Le WAC va prouver avec le football et sur le terrain s’il mérite ou pas ce championnat. Dans le passé, nous n’avons pas hésité à dire haut et fort que l’arbitre a pris des décisions par erreur en notre faveur.

Que pensez-vous des allusions à l’influence du PAM au sein de la FRMF qui chercherait à favoriser le WAC, dirigé par un Pamiste ?

Ce sont des accusations ridicules qui veulent politiser une pseudo affaire à tout prix. En clair, aucun patron de club n’a remporté une élection parce qu’il a remporté un championnat. Le Wac est un grand club et son comité de direction est composé de plusieurs sensibilités politiques réunies uniquement autour d’un projet sportif. La FRMF, qui a été visée en premier par ces déclarations, doit apporter une réponse claire à Boudrika, soit en adoptant une position forte soit en faisant preuve de laxisme et laisser quiconque jeter le discrédit sur son travail.

Pensez-vous que le Raja va boycotter le 120e  derby ?

Pour le moment, le président du Raja a agité cette carte, mais je ne sais s’il ira jusqu’au bout de ses menaces. Auquel cas, la loi va s’appliquer et des sanctions seront prononcées. Le WAC a accepté de devenir un club nomade faute de stade sans oublier les matchs qu’il doit jouer à huis clos. Nous avons respecté les décisions de la FRMF qui nous ont coûté entre 10 et 12 millions de dirhams de manque à gagner et nous continuerons à nous battre pour remporter le titre sans nous préoccuper du parasitisme ambiant.