Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
29.07.2016 à 01 H 33 • Mis à jour le 20.08.2016 à 13 H 47
Par
Prison break

Grave mutinerie dans un centre de rééducation pour jeunes à Casablanca

Une tentative d’évasion collective après un incendie dans un centre de rééducation pour jeunes attenant à la prison civile de Oukacha a tourné à l’émeute. AIC PRESS
De jeunes pensionnaires du centre de rééducation de Aïn Sebaâ près de la prison de Oukacha ont provoqué un incendie pour organiser une évasion collective hier en début de soirée. Un imposant contingent des forces de l'ordre a été dépêché sur les lieux. Plusieurs témoins évoquent des tirs à balles réelles et des scènes de saccage

Une mutinerie a éclaté dans l’enceinte Centre de rééducation pour jeunes de Aïn Sebaâ à Casablanca, bâtiment attenant à la prison civile de Oukacha après qu’un incendie se soit déclaré dans une chambrée aux alentours de 19h30.



Neuf pensionnaires du centre ont été atteints d’asphyxie, selon un bilan provisoire publié par la MAP qui ne fait pas mention de la rébellion. Dans un communiqué diffusé à la presse la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) confirme qu’une tentative d’évasion a eu lieu dans ce centre.


Les mutins ont tout saccagé dans leur tentative d’évasion

« Selon les premières données dont nous disposons, cette tentative a été préparée à l’avance par plusieurs pensionnaires (…) Ils ont provoqué un incendie à l’aide de couvertures dans leurs cellules afin de créer une fumée pour attirer l’attention des gardiens présents dans le but de les attaquer et de s’évader. Ils ont ensuite tenté d’ouvrir le portail en bois qui donne accès aux armes, mais sans succès », ajoute la DGAPR », détaille le communiqué.



Un important dispositif des forces de l'ordre a été déployé. Selon plusieurs témoins et des images filmées durant l'assaut de la prison, la police anti-émeute a tiré à balles réelles. CAPTURE VIDEO


Après s’être évadés de leurs cellules, les mutins ont détruit un véhicule de la prison garé dans la cour de l’établissement et ont attaqué d’autres gardiens qui étaient intervenus sur les lieux, ce qui a causé de légères blessures à quelques agents de la sécurité, poursuit en subtance le communiqué.



« À l’intérieur de la prison, un autocar, des voitures et des motos ont été incendiées et des bureaux complètement saccagés », précisent d’autres sources.




Plusieurs blessés ont été transférés à l’Hôpital Mohammed V à Hay Mohammadi pour recevoir les soins nécessaires, indique-t-on auprès des autorités locales.

Des tirs à balles réelles, selon plusieurs témoins

Selon plusieurs témoins, le déclenchement du feu et la panique généralisée dans l’établissement ont obligé les autorités de Casablanca a dépêcher un important contingent de forces de l’ordre, en plus des pompiers, dont le véhicule a été utilisé par les mutins comme engin-bélier pour forcer le portail de la bâtisse dans le but de s’évader.




Les forces de l’ordre ont tiré à balles réelles et utilisé des bombes lacrymogènes à l’encontre de certains pensionnaires qui ont voulu profiter de la confusion pour s’échapper, comme il est constaté sur plusieurs images filmées durant l’assaut.



« Les forces auxiliaires ont encerclé les lieux et quelques membres sont intervenus à l’intérieur de l’établissement pour contrôler la situation », confirme la DGAPR qui a dépêché un comité « pour enquêter sur ce grave et prendre les mesures nécessaires ».



Les forces auxiliaires ont encerclé les lieux et quelques membres sont intervenus à l’intérieur de l’établissement pour contrôler la situation. CAPTURE VIDEO


Aucune information quant au nombre de blessés ou d’éventuelles victimes n’a été communiquée à l’heure actuelle.