Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
09.08.2016 à 20 H 50 • Mis à jour le 09.08.2016 à 20 H 50
Par
PLF 2017

Abdelilah Benkirane présente sa note d’orientation pour le Budget 2017

Abdelilah Benkirane (G), chef du gouvernement et Mohamed Boussaid, ministre des Finances. AIC PRESS
A quelques semaines de la fin de son mandat, Abdelilah Benkirane a adressé la note d’orientation du prochain projet de loi de finance aux départements gouvernementaux concernés par la préparation de ce projet.

Abdelilah Benkirane, vient d’adresser la note d’orientation du prochain projet de loi de finance relatif à l’année 2017. Des orientations générales d’un PLF par comme les autres. Et pour cause, ce n’est pas ce gouvernement qui devra le préparer. Elections oblige. Cette lettre en guise de remerciement d’un chef du gouvernement en fin de mandat à ses ministres, est loin d’être une lettre d’adieu.


Le péjidiste en chef trace globalement les objectifs qu’il se trace, certain d’en être le futur ordonnateur. Il commence par passer en revue ce que son équipe a pu réaliser depuis 2012, avec ce qu’il appelle une évaluation objective de la situation économique et sociale du pays. Il donne ainsi quelques indices pour le moins révélateurr, selon lui, de la bonne santé des comptes de l’état et de ses réserves en devises, par exemple, malgré une conjoncture mondiale défavorable. Ce qui est pour lui encourageant et devrait inciter le futur exécutif à maintenir le cap tracé.


En phase avec la vision réformatrice de Jouahri

Le chef du gouvernement estime aussi, qu’il faudrait une réflexion et une évaluation objective des différentes politiques publiques et des orientations générales du pays afin de surmonter toutes les contraintes. En ligne avec celles de Abdellatif Jouahri, gouverneur de Bank Al-maghrib, Benkirane propose d’accélérer le changement structurel de l’économie nationale en se focalisant sur l’industrie et l’export. Selon lui, il faudra augmenter la cadence de mise en œuvre du plan national d’accélération industrielle, lancéepar Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’industrie, en 2014. Il préconise aussi d’accorder une importance particulière au renforcement de l’intégration et à l’augmentation de la valeur ajoutée. Ainsi qu’une consolidation de l’appropriation des capacités industrielles à l’échelle nationale à travers la compensation industrielle.


Benkirane souhaiterait, à travers le PLF, améliorer la compétitivité de l’économie nationale et promouvoir l’investissement privé. Pour réaliser cet objectif, la priorité du gouvernement devrait se concentrer sur l’activation de la Caisse pour l’encouragement, la création et l’accompagnement des nouvelles entreprises et des projets innovants. La note d’orientation explique aussi que le gouvernement veillera à garantir l’harmonisation et l’intégration des différents acteurs institutionnels avec pour objectifs d’encourager, d’accompagner et de financer les PME. Il s’agit aussi de la consolidation des mesures engagées dans le but de renforcer la trésorerie des entreprises, à travers les appels d’offres publics, l’accélération de la restitution fiscale, la réduction des délais de paiement et le règlement des arriérés.


La note d’orientation adressée aux ministères concernés met l’accent aussi sur la nécessité de qualifier le capital humain et réduire les différences entre les catégories sociales professionnelles. Le capital humain doit être au cœur de toutes les politiques économiques, sociales et culturelles selon cette lettre adressée aux départements gouvernementaux concernés par la préparation de ce projet. La réalisation de cet objectif passe par la réforme de l’enseignement, indique la note, précisant que l’école marocaine doit assumer ses missions sociales et d’éducation aux valeurs nationales et universelles. Parmi les priorités du PLF 2017, figurent également la formation, l’encadrement et l’encouragement de la recherche et de l’innovation, ainsi que l’intégration économique, sociale et culturelle des jeunes marocains, fait savoir le document.


Enfin, Benkirane estime que le renforcement des mécanismes de la gouvernance institutionnelle se veut une base essentielle pour la bonne gestion des politiques publiques. La poursuite de la mise en œuvre des dispositions de la Constitution et des lois organiques, le parachèvement de la réforme de la justice, notamment le raffermissement de son autonomie et le renforcement de la protection des droits et des libertés arrivent en tête des priorités. La mise en œuvre rapide de la régionalisation se veut l’une des bases nécessaires à la conception d’une gouvernance institutionnelle efficace ainsi qu’à la réalisation d’un développement économique équilibré.


Avec MAP