Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
21.08.2016 à 20 H 08 • Mis à jour le 22.08.2016 à 14 H 10
Par
Sexe & politique

Le MUR, aile religieuse du PJD, exclut de ses instances deux de ses hauts cadres suite à un scandale sexuel

Omar Benhammad, vice-président du MUR et professeur universitaire. Il a été exclu de toutes les instances du MUR suite à la révélation de ses relations extraconjugales avec Fatéma Nejjar, autre cadre du MUR. AIC PRESS
Moulay Omar Benhammad et Fatéma Nejjar, vice-présidents du Mouvement unicité et réforme (MUR-, ont été arrêté hier matin « en flagrant délit d’adultère » près de Casablanca. Pour leur défense, ils ont prétendu être unis par un acte de mariage coutumier pourtant illégal au Maroc

L’affaire fait déjà grand bruit dans les milieux du PJD et de son aile religieuse le Mouvement unicité et réforme (MUR). Hier au petit matin, des éléments de la BNPJ ont arrêté deux dirigeants du MUR, Moulay Omar Benhammad et Fatéma Nejjar « en flagrant délit d’adultère » à bord d’une voiture près d’une plage dans la région de Mansouriah, près de Casablanca, rapporte la presse, notamment des journaux opposés à l’idéologie du PJD.


Benhammad a d’abord nié toute relation extraconjugale avec sa compagne avant d’affirmer qu’ils étaient liés par un acte de mariage coutumier depuis le veuvage de celle-ci. Le haut cadre du MUR, qui avait été remis à la gendarmerie royale, a été relâché après que son épouse officielle ait abandonné toute poursuite à son encontre.


Sur les réseaux sociaux, l’affaire est déjà très commentée. Des internautes font circuler une vidéo de Fatéma Nejjar datant de 2011 la montrant donnant des conseils de bienséance à de jeunes étudiantes les appelant à ne pas céder « à la tentation et au vice ».



D’autres rappellent les positions tout aussi orthodoxes de Benhammad. « L’échange exagéré de mots d’amour entre un mari et sa femme sur les réseaux sociaux, principalement Facebook est déconseillé et pourrait même être considéré haram », avait par exemple doctement expliqué Moulay Omar Benhammad, par ailleurs professeur universitaire et docteur en études islamiques, commentant une fatwa publiée dans ce sens sur le site officiel du MUR en 2013.


Le MUR refuse toute référence au mariage coutumier

Le Bureau exécutif du MUR qui s’est réuni ce jour a indiqué par voie de communiqué son « refus de toute acceptation de mariage coutumier » et son « attachement à la procédure légale pour l’union maritale ». Le MUR a décidé par conséquent « geler l’adhésion des deux membres de toutes les instances du mouvement conformément aux articles 1/5 du règlement intérieur du MUR ». Benhammad et Nejjar occupaient jusqu’ici les fonctions de vice-présidents du MUR. Le mouvement ajoute dans son communiqué que « la faute commise par Moulay Omar Benhammad et Fatéma Nejjar est une violation des principes du mouvement, à ses orientations et à ses valeurs. Cette faute gravissime n’empêche pas cependant au Bureau d’apprécier leur statut et leur apport en faveur de la prédication et de l’éducation ».


Abderrahim Chikhi (au centre), signataire de l'acte d'exclusion de Moulay Omar Benhammad et de Fatéma Nejjar, encompagnie de Abdelilah Benkirane et de Feu Abdallah Baha. AIC PRESS


Pour rappel, le mariage coutumier- illégal au Maroc -, est courant et toléré dans les milieux islamistes. Il n’est pas considéré pour comme non conforme à la religion. Le communiqué du MUR tente manifestement d’atténuer l’embarras politique suscité par le scandale de leur supposé acte de mariage coutumier. Celui-ci ne pouvant être justifié par la loi étant assimilable à un acte d’adultère .

 

Selon des sources judiciaires citées par la presse, le procureur du roi auprès tribunal de Première instance de Benslimane a décidé de la poursuite des deux cadres du MUR en situation de liberté provisoire. Benhammad est notamment poursuivi pour « tentative de corruption envers les éléments de la police qui l’ont interpellé ». La première audience de leur procès est fixée au 1er septembre. Le PJD n’a pas encore réagi à l’affaire qui survient en pleine période pré-électorale.