Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
01.09.2016 à 16 H 32 • Mis à jour le 01.09.2016 à 16 H 32
Par
Rapport

Le PAM rejette en bloc le bilan du gouvernement Benkirane

Ilyas El Omari, SG du parti du tracteur à Bouznika le 24 janvier 2016 lors du 3ème congrès du PAM.DAVI D RODRIGUES / LE DESK
Taux de croissance, chômage, dette publique, investissement… le PAM a livré un compte-rendu critique des réalisations du mandat de Benkirane. Plus proche du pamphlet politique que de l’analyse obéissant à la rigueur académique, le rapport du PAM se décline comme une bande-annonce de la bataille électorale à venir

« Chaque Marocain est endetté à hauteur de 23 600 dirhams ». C’est la formule-choc utilisée en ouverture du rapport publié aujourd’hui par le parti d’Ilyas El Omari. Chiffres à l’appui, ce rapport balaie d’un revers de main les réalisations annoncées par le gouvernement de Benkirane de 2012 à 2016.


La macro-économie selon le PAM

Tout en reconnaissant la maitrise de l’inflation et des équilibres macroéconomiques, le rapport en retire le bénéfice au gouvernement et accorde ces réalisations aux choix stratégiques de l’État et de Bank Al-Maghrib (BAM). Si le gouvernement avance un chiffre de croissance de 5,5 % entre 2012 et 2016, le rapport du PAM précise, sans l’expliciter, que ce taux n’a pas dépassé 3,6 % pendant 5 ans et s’est limité à 1,5 % en 2016 à cause d’une faible pluviométrie. La révision à la baisse des chiffres du gouvernement par le PAM a porté également sur la croissance du PIB qui a plafonné à 2,9 %, ainsi que le chômage qui a grimpé de 8 % à 9,7 %, particulièrement chez les 25-34 ans (21,1 %). Côté investissement, le PAM pointe l’absence de vision économique du gouvernement qui a pénalisé l’investissement en le faisant reculer de 35,8 % en 2011 à 29,9 % en 2016.


Le roi crédité des grandes réalisations

Dans cet exercice de démolition, le PAM reproche au gouvernement la promesse de la construction de 600 km d’autoroutes supplémentaires pour porter le réseau à 1 300 km. Or, les réalisations n’ont pas dépassé 200 km pointe le parti du tracteur. Par ailleurs, dans le but de tirer le tapis sous les pieds du gouvernement, le rapport du PAM crédite les réalisations sectorielles du gouvernement dans l’industrie, l’énergie et l’agriculture aux directives royales.


Concernant le volet social, même le RAMED n’a pas trouvé grâce aux yeux du PAM qui y voit un chantier royal lancé dans le cadre de l’Initiative national pour le développement humain (INDH) et ce avant même le début du mandat du gouvernement, insiste le PAM. Sans concessions, le parti du tracteur dresse un tableau noir du quinquennat de Benkirane, incapable selon lui, d’endiguer la pauvreté et la précarité d’une large frange de la population marocaine. Mieux, le PAM accuse le gouvernement d’utiliser les budgets prévus pour maintenir la cohésion sociale afin d’assurer les grands équilibres budgétaires.


Zéro pointé dans le reste des secteurs

Le document du PAM a voulu mettre en exergue l’incapacité du gouvernement à réaliser ses objectifs sectoriels, entre autres, celui dévolu au plan Azur, stratégie qu’il n’attribue pas à l’entourage royal. On peut y lire que les six stations programmées dans le cadre de ce plan n’ont pas encore été finalisées. Il s’agit de Taghazout Bay, Mediterrania Saïdia, Mazagan Beach Resort, Mogador Essaouira et la Plage Blanche de Guelmim. Il ajoute sur un ton critique que les travaux de quatre autres stations programmées n’ont pas encore débuté.


Le rapport ajoute que seuls 7 000 lits ont été assurés sur les 70 000 programmés par le gouvernement dans le secteur touristique. Sans oublier, poursuit-il, que sur les 250 000 lits promis prévus pour renforcer la capacité hôtelière du pays fin 2015, seuls 130 000 ont été atteints. Enfin, concernant les lois sur la réforme des retraites, le PAM reconnaît qu’ils permettront d’alléger le déficit des caisses, mais prévoit que ces réserves recommenceront à fondre comme neige au soleil à partir de 2020, avant de s’assécher à l’horizon 2028.