Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
28.09.2016 à 10 H 38 • Mis à jour le 28.09.2016 à 10 H 40
Par
Bank Al-Maghrib

Jouahri repousse l’adoption d’un système de change flexible à fin 2017

Abdellatif Jouahri, Wali de Bank Al Maghrib. DAVID RODRIGUES / LE DESK
Le lancement de la mise en œuvre d'un système de taux de change flexible a été reporté au 2ème semestre 2017, a fait savoir, mardi à Rabat, le wali de Bank Al-Maghrib,

Le lancement de la mise en œuvre d’un système de taux de change flexible a été reporté au 2ème semestre 2017, a fait savoir, mardi à Rabat, le wali de Bank Al-Maghrib. Après avoir annoncé, il y a cinq mois, la volonté du Maroc de basculer vers un régime de change plus flexible, Abdellatif Jouahri vient de confirmer cette vision stratégique est maintenue, mais repoussée de six mois par rapport au calendrier indicatif initial, lors du troisième Conseil trimestriel de l’année de la banque centrale.


« Nous avons reporté au deuxième semestre de 2017 le lancement du début de la mise en œuvre du système de flexibilité des taux de change », a indiqué Jouahri lors d’une conférence de presse tenue à l’issue de la troisième réunion trimestrielle de cette année du Conseil de la Banque centrale.


Une campagne de com’  en préparation

Il a également souligné qu’une campagne d’explication et de communication vis-à-vis des différents intervenants sera menée, impliquant le gouvernement, représenté par le ministère de l’Economie et des Finances, le secteur bancaire, les opérateurs économiques, la communauté journalistique, ainsi que la société civile.


Jouahri a également évoqué une série de réunions qui sera tenue avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM,) le secteur bancaire et le ministère concerné, rassurant que « tout développement autour de ce chantier sera communiqué, de par la loi en vigueur ».


Le ministère de l’Economie et des Finances et Bank Al-Maghrib avaient décidé de fixer les pondérations des devises du panier de cotation du dirham à 60 % pour l’euro et 40 % pour le dollar américain contre respectivement 80 % et 20 % auparavant.