Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
21.10.2016 à 11 H 11 • Mis à jour le 12.11.2016 à 15 H 52
Par
Révélations Wikileaks

Mohammed VI prêt à payer 12 millions de dollars pour faire venir Hillary Clinton à Marrakech ?

Mohammed VI et Hillary Clinton lors d’une rencontre à New York. Le roi n’apparaît pas personnellement dans la liste des donateurs mise en ligne par la Fondation Clinton. MAP
Le roi se serait personnellement engagé à apporter 12 millions de dollars pour la tenue de la conférence de la Clinton Global Initiative à Marrakech en mai 2015, en contrepartie de la présence effective de l’ex-Secrétaire d’Etat américaine, selon des emails de l’équipe Clinton révélés par Wikileaks.

Le site Wikileaks vient de publier une nouvelle série d’emails volés à John Podesta, directeur de campagne de la candidate démocrate aux élections présidentielles américaines, Hillary Clinton, qui font les choux gras du camp républicain. L’équipe Clinton accuse la Russie d’être à l’origine de ces leaks mais n’a pour l’instant pas démenti l’authenticité des emails.


Parmi les derniers messages mis en ligne, figurent des échanges entre John Podesta et Huma Abedin, l’assistante personnelle de Hillary Clinton. Datés de janvier 2015, ils concernent la tenue quatre mois plus tard à Marrakech d’une conférence de la Clinton Global initiative (CGI) pour le développement de l’Afrique et du Moyen-Orient.


Huma Abedin affirme dans l’email que le staff de la CGI n’avait pas choisit le Maroc comme lieu de l’événement mais qu’il s’agissait d’une idée d’Hillary Clinton. Selon elle, la partie marocaine a exigé la participation effective de l’ex-secrétaire d’Etat pour accepter d’organiser la conférence dans le royaume et le roi Mohammed VI aurait « personnellement » promis d’engager 12 millions de dollars pour le financement et le soutien à la conférence.


« C’était l’idée de HRC (Hillary, ndlr), notre bureau a approché les Marocains, et ils croient à 100 % qu’ils font cela à sa demande. Le roi a personnellement engagé environ 12 millions de dollars à la fois pour la dotation et pour soutenir le meeting (…) Elle a créé ce gâchis et elle le sait », peut-on lire dans l’échange mail daté du 18 janvier 2015 entre les membres du staff de Clinton.


L’ancien président américain Bill Clinton lors de son intervention au meeting de la Clinton Global Initiative à Marrakech, le 6 mai 2015. ABDELJALIL BOUNHAR / AP


L’OCP en première ligne des contributeurs

Trois mois après cet échange, le site Politico révélait que l’OCP avait fait un don de 1 million de dollars pour financer la conférence de Marrakech, relançant la polémique sur le financement de la Fondation Clinton par des gouvernements étrangers, alors qu’Hillary Clinton s’apprêtait à se lancer dans la course pour les élections présidentielles 2016. Au final, l’ex-Secrétaire d’Etat a annulé au dernier moment sa venue à Marrakech, où son mari Bill et sa fille Chelsea ont quand même fait le déplacement.


Mostafa Terrab, PDG de l'Office chérifien des phosphates aux côtés de Meriem Bensaleh Chaqroun, présidente de la CGEM lors de la signature de partenariats avec le Rwanda hier à Kigali. le site Politico révélait que l’OCP avait fait un don de 1 million de dollars pour financer la conférence de Marrakech, relançant la polémique sur le financement de la Fondation Clinton par des gouvernements étrangers. NRA


Le roi Mohammed VI n’apparaît pas personnellement dans la liste des donateurs mise en ligne par la Fondation Clinton. L’OCP en revanche fait partie des contributeurs qui ont donné au total entre 5 et 10 millions de dollars. D’autres acteurs marocains ont fait des dons spécifiques aux activités de la Clinton Global Initiative (adhésions, sponsoring, frais de conférence). Akwa Group, dirigé par le ministre sortant de l’Agriculture, Aziz Akhannouch, réputé proche du palais royal, et la CGEM ont ainsi donné entre 500 000 et un million de dollars chacun, suivi par BMCE Bank et Crédit Agricole du Maroc (entre 250 000 et 500 000 dollars), puis par Attijariwafa Bank et Banque Centrale Populaire (entre 100 000 et 250 000 dollars).