Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
23.10.2016 à 15 H 33 • Mis à jour le 23.10.2016 à 15 H 33
Par
Espagne

Les socialistes décident de laisser le conservateur Mariano Rajoy former un gouvernement

Après 10 mois de paralysie politique en Espagne, Mariano Rajoy retrouve le pouvoir. Ici le Premier ministre espagnol à Bruxelles le 20 octobre 2016. EMMANUEL DUNAND / AFP
Le parti socialiste espagnol a décidé ce dimanche de laisser le conservateur Mariano Rajoy former un nouveau gouvernement et éviter un retour aux urnes après une impasse politique de dix mois

Le Parti socialiste espagnol a de facto donné dimanche son feu vert à la création d’un gouvernement conservateur minoritaire, mettant ainsi fin à dix mois de paralysie politique consécutifs à deux élections législatives sans majorité claire.


Les délégués du comité fédéral du PSOE réuni à Madrid ont décidé à une large majorité de 139 contre 96 de s’abstenir lors du vote de confiance pour permettre à Rajoy, au pouvoir depuis fin 2011, de former un gouvernement minoritaire cette fois. Le parti socialiste, fracturé et en perte de vitesse, évite ainsi aux Espagnols de retourner aux urnes pour la troisième fois en un an, un scrutin où il risquait une nouvelle déroute.



Le chef du gouvernement sortant, Mariano Rajoy, dont le Parti populaire est arrivé en tête des deux derniers scrutins législatifs sans obtenir la majorité absolue, n’a pas réussi à former de coalition gouvernementale. Son gouvernement expédie les affaires courantes depuis décembre dernier.


L’ancien dirigeant socialiste Pedro Sanchez avait exclu de permettre au dirigeant de la droite de se maintenir au pouvoir, ce qui aurait imposé la tenue de nouvelles élections anticipées en décembre prochain.


Mais lui-même a dû démissionner sous la pression de son propre parti, qui craignait qu’un tel scrutin ne permette au parti d’extrême gauche Podemos de le devancer dans les urnes.