Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
03.11.2016 à 21 H 53 • Mis à jour le 03.11.2016 à 21 H 53
Par
Polémique

Affaire des Mercedes: Hakim Benchamach accuse la presse de complot

Hakim Benchamach, président de la Chambre de Conseillers. AIC PRESS
L’information sur l’achat de voitures de marque Mercedes, totalisant 7 millions de dirhams, révélée par Akhbar Al Yaoum, n’a pas été démentie par de la Chambre des conseillers qui insiste cependant dans une mise au point que ces 12 véhicules de fonction ne sont pas destinés à l’usage exclusif des … 11 membres du bureau et du président Benchamach

En réaction à l’information révélée par Akhbar Al-Yaoum, affirmant que la Chambre des conseillers à engagé la somme de 7 millions de dirhams pour l’achat de 12 véhicules de fonction de marque Mercedes à chacun de ses membres, mais aussi à son président, la communication de Hakim Benchamach a vivement réagi en diffusant un communiqué aux rédactions qui ont relayé l’information, dont Le Desk, mais aussi via l’agence officielle MAP.


Sans nier l’exactitude de l’information, les communicants de Benchamach ont justifié cette acquisition par le nécessaire « renouvèlement de son parc automobile vétuste, dont l’âge moyen de la majorité des véhicules dépasse 10 ans et dont la réparation coûte d’importantes sommes d’argent chaque année ».

 

« L’opération de maintenance a coûté 680 millions de centimes depuis 2009 jusqu’à la date de l’élection de l’actuel bureau », explique la Chambre des Conseillers dans son communiqué, ajoutant que « le coût de location de voitures pour le transfert des délégations étrangères à l’intérieur du royaume s’est élevé à près de 600 millions de centimes pendant la même période ».

 

Une acquisition expliquée par le voiturage d’invités

Dans « une démarche de rationalisation des dépenses », souligne le document, une étude a démontré, selon le même communiqué que « la Chambre des conseillers réalisera d’importantes économies en cas d’acquisition de voitures neuves, d’autant plus que la Chambre se prépare à organiser deux congrès importants, le premier dans le cadre du partenariat avec l’Union interparlementaire en rapport avec la COP 22 de Marrakech, qui verra la participation de plus de 250 parlementaires, ensuite un forum de l’Union parlementaire africaine avec la participation de plus de 260 invités africains ». Il faut donc croire que l’achat de 12 véhicules neufs de marque Mercedes est ainsi justifié par la perspective du voiturage de centaines de participants à de futurs colloques… 


Et d’ajouter que la décision d’acquérir ces voitures « a été prise par le bureau de la Chambre qui représente les différentes sensibilités politiques après que celui-ci ait demandé, lors d’une réunion avec le chef du gouvernement, un traitement similaire à celui réservé à la chambre des représentants, en lui allouant des allocations budgétaires supplémentaires en vue d’entreprendre plusieurs chantiers à caractère urgent, dont le renouvèlement du parc automobile vétuste, une requête qui a été satisfaite favorablement ». Le communiqué ne dit pas cependant si l’enveloppe demandée à Abdelilah Benkirane a totalement ou en partie été consacrée aux Mercedes.

 

 Alors que la ventilation de l’achat correspond au nombre exact de membres du bureau de Benchamach, « ces voitures ne sont pas destinées aux membres du bureau ou au président de la Chambre », affirme enfin la même source, notant qu’elles « sont utilisées par la Chambre dans le cadre de la gestion administrative commune et transparente ».




DISCLAIMER : Dans son communiqué, la Chambre des Conseillers dénonce par ailleurs « une campagne médiatique orchestrée par certains supports médiatiques liés à des agendas partisans étriqués qui ont eu recours à des titres racoleurs avec l’intention délibérée de nuire à l’image de l’Institution ». En réponse à cette accusation farfelue, puisqu’elle semble aussi nous concerner, nous rappelons à M. Benchamach, à son bureau et à l’ensemble des élus conseillers que Le Desk est un média indépendant ne relevant d’aucune officine politique, et qu’il s’accorde le droit, conformément aux principes de la liberté de la presse qu’il défend, de relayer toute information d’intérêt public, pour autant qu’elle soit exacte. Dans le cas d’espèce, celle-ci n’a pas été démentie sur le fond. Il serait d’ailleurs plus souhaitable de la part de M. Benchamach de rendre publique l’étude qui a décidé de cette acquisition, ainsi que le montant exact du budget obtenu de la Primature ainsi que son affectation, ligne par ligne, au lieu d’enfumer l’opinion publique par sa théorie du complot.