Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
12.11.2016 à 17 H 49 • Mis à jour le 12.11.2016 à 17 H 54
Par
Gouvernement

Driss Lachgar dit toujours attendre « Une offre concrète et claire » de la part de Benkirane

Driss Lachgar lors d’une soirée débat entre différents grands partis politiques organisée par le groupe de presse Al Michaal en janvier 2016. DAVID RODRIGUES / LE DESK
S'exprimant lors de la réunion de la Commission administrative de l’USFP tenue ce samedi à Rabat, le Premier secrétaire du parti de la rose a repris point par point les positions de Mohammed VI

Le premier secrétaire de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), Driss Lachgar a affirmé, samedi à Rabat, que son parti « attend une offre concrète du chef du gouvernement pour voir à quel point elle répond à ses ambitions » au sujet de la participation ou non de cette formation politique au prochain gouvernement.


« Nous sommes ouverts en toute bonne foi à cette offre pour en discuter sans position préalable, en tenant compte des orientations tenues dans le Discours royal à l’occasion du 41-ème anniversaire de la Marche verte », a expliqué Lachgar, qui s’exprimait lors de la réunion de la Commission administrative de l’USFP.


Il a formé le vœu de voir une « offre politique claire » basée sur des fondements solides qui tiennent compte du programme électoral du parti, assurant que l’USFP examinera chaque offre et prendra position en conséquence et non pas à partir de choix préalable, dès lors que le parti ne fonde pas ses positions sur sa présence au gouvernement ou dans l’opposition, mais sur le rôle qu’il peut jouer dans l’édification démocratique et le changement pour le meilleur.


Lachgar reprend mot pour mot le discours royal

Lachgar a indiqué que les consultations au sujet du prochain gouvernement doivent focaliser en premier lieu sur le programme gouvernemental, la définition de ses fondamentaux et la précision des priorités sur la base d’une nouvelle restructuration de l’Exécutif, de manière à imprimer à son action cohérence et efficacité, à immuniser le choix démocratique et à assurer la mise en œuvre optimale de la Constitution.


Il a estimé que les concertations en cours pour la formation d’une majorité « doivent être à la hauteur de l’étape actuelle et de son caractère sensible en vue d’interagir avec le combat pour l’intégrité territoriale du Royaume et de répondre aux attentes et aspirations de l’ensemble des acteurs dans tous les domaines », notant que « ces objectifs ne peuvent être atteints sans une vision claire des programmes, des priorités et des compétences, au-delà des calculs arithmétiques et de la répartition des portefeuilles ».


La décision de l'USFP est cruciale, son refus signifierait un blocage pour le PJD qui ne pourrait dans ces conditions parachever sa majorité. USFP


Lachgar a souligné la teneur du discours royal adressé à l’occasion du 41-ème anniversaire de la Marche verte, particulièrement l’appel de Mohammed VI à la formation « d’un gouvernement sérieux et responsable qui, au-delà des considérations arithmétiques et de la logique du butin électoral, privilégie la clarté du programme, la précision des priorités, la structuration efficace et harmonieuse et les compétences qualifiées ».

 

De son côté, le président de la Commission administrative de l’USFP, Habib El Malki a soutenu que cette réunion intervient « dans une conjoncture exceptionnelle marquée par une vacance institutionnelle tant au niveau du gouvernement que de la Chambre des représentants, avec tout ce que ceci implique en termes de coûts politiques, économiques et sociaux ».


Cette donne « nous impose de faire une analyse profonde, responsable et constructive pour le bien des générations futures », a-t-dit.


Le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane est toujours à la peine pour former sa coalition gouvernement. Il fait face aux conditions de Aziz Akhannouch, nouvel homme fort du RNI qui exige le retrait de son allié l’Istiqlal. La décision de l’USFP est à ce titre cruciale, son refus signifierait un blocage pour le PJD qui ne pourrait dans ces conditions parachever sa majorité.