Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
16.11.2016 à 18 H 14 • Mis à jour le 16.11.2016 à 18 H 14
Par
Accord de Paris

A Marrakech, John Kerry tente de rassurer les participants de la COP 22

RALSTON / POOL/ AFP
Les Etats-Unis sont en bonne voie pour réaliser leurs objectifs climatiques et ne "pourront pas revenir en arrière", a déclaré mercredi le secrétaire d'Etat américain John Kerry, à la conférence climat de l'ONU à Marrakech

Le Secrétaire d’Etat américain, John Kerry, a déclaré, mercredi à Marrakech, que l’écrasante majorité des citoyens américains demeure engagés vis-à-vis de l’Accord de Paris sur le changement climatique, en soulignant que les Etats Unis sont sur la voie de concrétiser les objectifs assignés en matière climatique.



« Personne ne devrait se douter du fait que l’écrasante majorité des citoyens demeure engagée vis-à-vis de l’Accord de Paris sur le changement climatique », a affirmé le chef de la diplomatie américaine, dans un discours prononcé à la 22è session de la conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur le changement climatique (COP22).


Kerry a insisté, à ce propos, sur le caractère irréversible de la dynamique engagée depuis des décennies ayant culminé avec l’Accord de Paris au mois de décembre 2015. « Je ne pense pas que cela puisse ou que cela sera inversé », a-t-il assuré.



Faisant allusion à l’élection de Donald Trump 45è Président des Etats Unis et aux spéculations au sujet de la position du Président élu vis-à-vis de la problématique climatique et des incertitudes qui en sont nées, John Kerry indiqué qu’il comprend « ces incertitudes ».



Tout en affirmant qu’il n’est pas en position de pouvoir spéculer sur les politiques que le Président élu va mettre en œuvre, « il n’en demeure pas moins que certaines questions se révèlent sous un angle différent une fois au pouvoir qu’elle ne l’étaient pendant la campagne électorale ».


Pour John Kerry l’idéologie à elle seule ne peut en aucun cas être la seule motivation derrière des décisions qui affectent la vie de milliards de personnes.