Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
16.12.2016 à 13 H 07 • Mis à jour le 16.12.2016 à 13 H 07
Par
Office des changes

Nette aggravation du déficit de la balance commerciale de 18% à fin novembre

Cette aggravation est attribuable à l’augmentation des importations (+8,3%), plus importante que celle des exportations (+1,4%), explique l'Office des changes, qui vient de publier ses indicateurs préliminaires de novembre

Les échanges extérieurs du Maroc ont été marqués par une aggravation du déficit de la balance commerciale de 18 % à fin novembre 2016, s’élevant à 166,031 milliards de dirhams contre 140,723 MMDH un an auparavant, selon l’Office des changes.


Cette aggravation est attribuable à l’augmentation des importations (+8,3 %), plus importante que celle des exportations (+1,4 %), explique l’Office des changes, qui vient de publier ses indicateurs préliminaires de novembre, notant que le taux de couverture des importations par les exportations s’est situé à 55 %, contre 58,7 % à fin novembre 2015.


L’accroissement des importations de 369,2 MMDH à 341,1 MMDH est essentiellement dû à la hausse des acquisitions de biens d’équipement (+25,5 %), de produits alimentaires (+21,9 %), de produits finis de consommation (+15,9 %) et de demi-produits (+5,8 %).


Cette progression a été atténuée, en revanche, par la baisse des approvisionnements en produits énergétiques de 19,9 % et en produits bruts (-16,4 %) durant les onze premiers mois de 2016, indique la même source, relevant que hors achats de biens d’équipements et de demi-produits, les importations n’augmentent que de 1,1 %.


Une résistance de l’export malgré la mévente de phosphates

Concernant les exportations, elles ont passé de 200,3 MMDH à fin novembre 2015 à 203,2 MMDH durant les onze premiers mois de 2016, et ce en dépit de la baisse des ventes de phosphates et dérivés (-12,5 %), souligne l’Office.


Cette évolution trouve son origine dans la hausse des ventes de la quasi-totalité des secteurs, principalement celles du secteur de l'”Aéronautique”  (+13,3 %), de l'”Électronique”  (+11,3 %), l’”automobile”  (+8,5 %),), de l'”Industrie pharmaceutique”  (+6,5 %), du “Textile et cuir”  (+6,1 %), et de l'”Agriculture et Agro-alimentaire”  (+4,8 %), précise la même source.