Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
01.01.2017 à 03 H 42 • Mis à jour le 02.01.2017 à 02 H 51
Par
Récit

Istanbul : Quatre Marocaines parmi les blessés de l’attaque de la boite de nuit (update)

Une victime de l’attentat sanglant dans la boite de nuit Reina d’Istanbul évacuée par les secouristes. IHLAS NEWS AGENCY / AFP
Selon le gouverneur de la ville, un homme armé a fait irruption dans la discothèque Reina, une des plus courues de la rive européenne, lors de la soirée du Nouvel An. Au moins 39 morts et une soixantaine de blessés sont à déplorer.

Au moins trente-neuf personnes ont été tuées et près de 60 blessés dans une attaque terroriste  contre une célèbre boîte de nuit à Istanbul, Reina, dans la nuit de samedi 31 décembre à dimanche 1er janvier, vers 1 h 15 du matin, a annoncé le gouverneur de la ville.



Selon la diplomatie marocaine, on dénombrait ce matin trois Marocaines blessées légèrement et soignées à l’hôpital. Ce bilan a changé depuis : Une quatrième ressortissante marocaine est dénombrée parmi les personnes blessées dans l’attaque, dimanche vers 1H30 locale (GMT+3), contre une discothèque d’Istanbul, apprend-on auprès de l’ambassade du Maroc dans la capitale turque.


Update : Istanbul : deux Marocaines ont été tuées, quatre autres blessées


Selon leurs proches, Nassima et Nasma R, deux jumelles marocaines font partie des victimes de l'attaque de la discothèque Reina.


L’ambassade du Maroc à Ankara et le consulat du royaume à Istanbul ont mis en place une cellule de crise en contact avec les autorités turques compétentes, suite à l’attentat. Un communiqué de l’ambassade du Maroc précise que la cellule de crise peut être jointe aux numéros suivants :

– 
–  Ambassade du Maroc à Ankara : 00 90 31 24 37 60 20/21 et 00 90 53 93 64 51 06

–  Consulat du Maroc à Istanbul : 09 05 37 37 22 89 90 et 00 90 53 15 18 60 91.


« Un terroriste avec une arme lourde a commis cet acte brutal et sauvage, en ouvrant le feu sur des innocents qui étaient là pour fêter la nouvelle année et s’amuser », avait déclaré Süleyman Soylu, ministre de l’Intérieur à la presse sur les lieux de l’attaque. Selon la chaîne d’information NTV, plusieurs personnes ont plongé dans le Bosphore pour échapper aux coups de feu tirés par au moins un assaillant déguisé en père Noël, selon des témoins. Cette dernière information a toutefois été contestée par les autorités.


Lire aussi : Istanbul : les premières images de l’assaillant diffusées par la presse turque


« Une chasse à l’homme est en cours pour retrouver le terroriste, a-t-il précisé dimanche matin. La police a lancé des opérations. Nous espérons que l’assaillant sera rapidement capturé. » Seuls 21 corps ont été identifiés, dont ceux de deux Tunisiens, a-t-il précisé.



Discothèque, bar, restaurant : Reina est l’un des lieux de fêtes les plus côtés de la plus grande ville turque, au bord du Bosphore, dans le quartier d’Ortakoy (rive européenne). Elle est située à quelques centaines de mètres de l’endroit où avaient lieu les célébrations officielles du Nouvel An, au bord du Bosphore.


700 à 800 personnes présentes

Plusieurs blessés ont été rapidement emmenés aux urgences tandis que de nombreuses ambulances et véhicules de police étaient dépêchés sur place.


Des témoins ont rapporté avoir entendu le ou les assaillants crier quelque chose en arabe, selon l’agence de presse Dogan, qui précise qu’environ 700 à 800 personnes étaient dans la boîte de nuit au moment de l’attaque.



L’attaque survient alors que le pays a été secoué depuis plus d’un an par une série d’attentats meurtriers. Les autorités policières avaient annoncé avoir déployé 17 000 policiers dans Istanbul, afin d’encadrer les festivités du Nouvel An.


Quelque 25 000 policiers ont été mobilisés dans le pays contre d’éventuelles attaques terroristes pendant les célébrations de la Saint-Sylvestre, à la suite d’attentats sanglants ayant secoué le pays en 2016 qui ont fait des centaines de morts.



Trois semaines plus tôt, un attentat revendiqué par un groupe radical kurde a fait 44 morts, dont une majorité de policiers, dans le centre d’Istanbul. La métropole turque a également été frappée par plusieurs attentats attribués aux jihadistes du groupe Etat islamique.


Les réactions internationales ont commencé à affluer, la Maison Blanche condamnant une « horrible » attaque. « De telles atrocités perpétrées sur des innocents venus pour la plupart célébrer le Nouvel An souligne la sauvagerie des assaillants », a déclaré Ned Price, porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain.



Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déploré sur Twitter un « début [d’année] 2017 tragique à Istanbul ». « 2017 débute avec une attaque à Istanbul », a également souligné la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini.

Dans un communiqué publié dimanche matin, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a dénoncé une « attaque haineuse » visant à « détruire le moral du pays et semer le chaos ». Il a promis de combattre « jusqu’au bout non seulement les attaques armées de groupes terroristes et les forces derrière eux, mais aussi leurs attaques économiques, politiques et sociales ».

Avec AFP