Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
24.02.2017 à 17 H 54 • Mis à jour le 24.02.2017 à 17 H 54
Par
Prévention & Contrôle

Rabat se dote de la première police de l’environnement du pays

Des véhicules de la police de l’Environnement déployés dans la capitale. MAP
La police de l’environnement a entre autres pour missions de vérifier si les projets sont homologués par le ministère de l'Environnement, de contrôler les décharges, leur restauration et les stations d'épuration des eaux usées ainsi que le transport des déchets dangereux

La première promotion des inspecteurs de la police de l’environnement, composée de 40 membres, a été installée jeudi à Rabat, avec pour objectif de renforcer le rôle du ministère chargé de l’Environnement en matière de prévention, d’inspection et de contrôle environnemental.


En vertu du décret n°2-14-782 relatif à l’organisation et aux modalités de fonctionnement de la police de l’environnement, cet organe se charge de la prévention, du contrôle, de l’inspection, de la recherche, de l’investigation, de la constatation des infractions et de la verbalisation prévus par les dispositions des lois relatives à l’environnement.


Hakima El Haité préside la cérémonie d’installation de la police de l’Environnement. MAP


La création de la police de l’environnement intervient en application des dispositions de la Constitution qui garantit le droit à « un environnement sain et au développement durable », a indiqué la ministre chargée de l’Environnement, Hakima El Haité qui s’exprimait lors de la cérémonie d’installation des inspecteurs de la police de l’environnement.


La loi cadre portant charte nationale de l’environnement et du développement durable « constitue une révolution en matière de protection de l’environnement et fera du Maroc l’un des pays les plus avancés en matière de développement durable », a souligné El Haite. La Police environnementale travaillera en collaboration avec la police nationale, la Gendarmerie Royale et le ministère de la Justice et des libertés, pour constater les différentes infractions environnementales, notamment celle techniques et qui sont liées à la pollution atmosphérique et aux études d’impact avant la réalisation des projets, a-t-elle précisé.


Des sessions de formations seront dispensées au profit du personnel de la Gendarmerie Royale et de la police nationale pour l’intensification des contrôles, a-t-elle ajouté.


Contrôles des projets, des eaux, des décharges et des déchets

Selon El Haité, la police de l’environnement a aussi pour missions de vérifier si les projets sont homologués par le ministère de l’Environnement, de contrôler les décharges, leur restauration et les stations d’épuration des eaux usées ainsi que le transport des déchets dangereux.


La police de l’environnement a pour objectif ultime la protection de la santé des citoyens et la garantie d’un environnement sain et durable, a-t-elle poursuivi.


A cette occasion, il a été procédé à la remise des cartes professionnelles aux inspecteurs de la police de l’environnement et à la présentation du matériel technique de contrôle et des véhicules de fonction de cette police.