Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
18.03.2017 à 10 H 57 • Mis à jour le 18.03.2017 à 12 H 26
Par et
France

Un Français radicalisé tué à l’aéroport d’Orly-Sud après deux attaques

Des policiers bloquent l'accès au terminal Sud de l'aéroport d'Orly près de Paris. BENOIT TESSIER/ REUTERS Des policiers bloquent l’accès au terminal Sud de l’aéroport d’Orly près de Paris. BENOIT TESSIER/ REUTERS
Un Français de 39 ans a été tué à Orly-Sud, samedi matin, après s’être emparé de l’arme d’un militaire de l’opération « Sentinelle ». Plus tôt, le même homme avait tiré lors d’un contrôle routier à Garges-lès-Gonesse, non loin de l’aéroport. L'homme abattu à l'aéroport d'Orly est « connu des services de police et de renseignement », rapportent des sources policières.

Un Français de 39 ans a tiré avec un pistolet à grenaille vers 6 h 55 samedi 18 mars sur des policiers, blessant l’un d’eux légèrement à la tête lors d’un contrôle routier à Stains (Seine-Saint-Denis). Une agression «  en lien » avec l’incident survenu un peu plus tard à l’aéroport d’Orly, selon des sources policières. L’homme a pris la fuite en dérobant un véhicule.


Une heure et demie plus tard, à l’aéroport d’Orly (Val-de-Marne), situé à quelque 40 km de Stains, un homme s’emparait de l’arme d’un militaire de « Sentinelle » avant d’être abattu vers 8 h 30. « A priori, il a été rapidement neutralisé par les forces de sécurité. C’est a priori un Famas [fusil d’assaut] dont l’homme s’est emparé », a précisé Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l’intérieur, sur Franceinfo. Le ministre de l’intérieur, Bruno Le Roux, doit se rendre à l’aéroport.


L’homme abattu à l’aéroport d’Orly est « connu des services de police et de renseignement », rapportent des sources policières.  L’assaillant avait été « repéré quelques minutes plus tôt » à Vitry-sur-Seine « pour un car jacking ». Connu pour des faits de droit commun. Il est fiché “J”  au Fichier des personnes recherchées (FPR), c’est-à-dire qu’il était recherché par la police judiciaire. Son casier judiciaire comporte “neuf mentions”  pour des faits de droit commun dont des vols à main armée et du trafic de stupéfiants. “Détecté comme radicalisé” , il avait fait l’objet en 2015 d’une perquisition administrative, qui “n’avait rien donné” , selon une source policière.


L’aéroport a été totalement évacué le temps de l’intervention du RAID et des démineurs, a annoncé la police nationale sur son compte Twitter. Le trafic aérien a été interrompu. Deux vols reliant Paris à Casablanca et Marrakech ont été annulés.


« Le trafic aérien est complètement interrompu », a par ailleurs affirmé un porte-parole de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC). Près de 3 000 personnes ont été évacuées du terminal sud, et les passagers qui se trouvaient dans le terminal ouest ont été confinés, a ajouté le porte-parole du ministère de l’intérieur, Pierre-Henri Brandet.



La préfecture du Val-de-Marne conseille aux passagers de ne pas se rendre à l’aéroport. Les deux terminaux de l’aéroport ont été fermés, signale Aéroports de Paris (ADP) et certains vols à l’approche d’Orly sont déroutés vers Roissy-Charles-de-Gaulle, ajoute la DGAC.