Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
27.03.2017 à 20 H 26 • Mis à jour le 27.03.2017 à 20 H 26
Par et
Justice

Affaire Merdas: « sexe, argent et désir de vengeance »

Hassan Matar, procureur du roi près de la Cour d’appel de Casablanca le 27 mars 2017. AIC PRESS
Les faits relatifs à l'assassinat du député Abdellatif Merdas ne revêtent pas de caractère politique, et n'ont aucun lien avec le crime organisé transnational ou le terrorisme, a indiqué, lundi, le procureur général du roi près la Cour d'appel de Casablanca, Hassan Matar, affirmant que les mobiles principaux du crime sont « le sexe, l'argent et le désir de vengeance »

Les faits relatifs à l’assassinat du député Abdellatif Merdas ne revêtent pas de caractère politique, et n’ont aucun lien avec le crime organisé transnational ou le terrorisme, a indiqué, lundi, le procureur général du roi près la Cour d’appel de Casablanca, Hassan Matar, affirmant que les mobiles principaux du crime sont « le sexe, l’argent et le désir de vengeance ».


Le parquet a décidé d’ordonner l’ouverture d’une enquête à l’encontre des trois inculpés pour, notamment, constitution d’une bande criminelle, homicide volontaire avec préméditation ou complicité dans l’assassinat et possession d’arme à feu sans autorisation, a souligné Matar dans un communiqué lu au siège de la Cour d’appel de Casablanca.



Le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), relevant de la Direction générale de la surveillance du territoire, avait annoncé vendredi l’arrestation des présumés impliqués dans l’assassinat du parlementaire Abdellatif Merdas, le 7 mars courant devant son domicile à Casablanca.



« Les efforts des services de sécurité déployés ont permis l’identification et l’arrestation des présumés impliqués dans cet acte criminel, ainsi que la saisie de la voiture qui a servi lors de ce crime », a indiqué un communiqué du BCIJ.



La même source ajoute que les perquisitions effectuées dans les domiciles des mis en cause ont permis la saisie d’un fusil de chasse et de cartouches similaires à celles utilisées pour commettre l’homicide, précisant que ces objets ont été remis au laboratoire national de la police scientifique et technique pour les soumettre à l’expertise balistique.


Preuves matérielles irréfutables sur la scène de crime

« Le BCIJ est parvenu, en étroite coordination avec la brigade nationale de la police judiciaire et les services de la police judiciaire de la préfecture de police de Casablanca, à élucider ce crime d’homicide volontaire commis à l’aide d’une arme à feu, dont a été victime le député Abdellatif Merdas devant son domicile au quartier California à Casablanca », expliquait la MAP.


La reconstitution de l'assassinat du parlementaire Abdellatif Merdas, a eu lieu, dimanche devant son domicile à Casablanca en présence des éléments du Bureau central d'investigations judiciaires (BCIJ), de la police scientifique, de la brigade nationale de la police judiciaire et de la police judiciaire de la préfecture de police de Casablanca. Supervisée par le procureur général du Roi près la Cour d'appel de Casablanca, l'opération de la reconstitution s'est déroulée sur les lieux du crime, devant le domicile du parlementaire assassiné au quartier California à Casablanca, où le meurtrier présumé a reconstitué les faits. AIC PRESS


Les investigations menées dans le cadre de cette affaire ont abouti grâce à la collecte de données techniques et à leur analyse, outre la découverte de preuves matérielles irréfutables sur la base des indices prélevés sur la scène du crime.


Les prévenus ont été placés en garde à vue et mis à la disposition de l’enquête, diligentée sous la supervision du parquet général compétent, précise la même source.