Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
30.03.2017 à 18 H 25 • Mis à jour le 31.03.2017 à 12 H 30
Par
Scandale sexuel

Mohamed Yatim, accusé de pédophilie par un élu du PAM, promet une action en justice

Mohamed Yatim, membre du SG du PJD. DR
Mohamed Yatim, membre influent du secrétariat général du PJD a été accusé de pédophilie par Lahcen Bouarfa, élu PAM de la commune de Goulmima, dans une vidéo diffusée sur YouTube le 29 mars. Elle a été relayée par Hespress suscitant dans la foulée la réaction de l’association "Touche pas à mon enfant" qui a demandé par voie de communiqué l’ouverture d’une enquête

Dans un communiqué publié ce jeudi 30 mars sur le site officiel du PJD, Mohamed Yatim, membre influent du secrétariat général du parti islamiste qui mène les tractations pour la formation du gouvernement a répondu aux accusations de pédophilie proférées par Lahcen Bouarfa, élu du PAM à Goulmima.



Ce dernier avait diffusé mercredi une vidéo sur YouTube dans laquelle il affirme qu’une enquête de police avaient établi sa culpabilité alors qu’il était encore enseignant à Beni Mellal.


L’affaire aurait été étouffée et classée sans suite selon Bouarfa qui charge par la même occasion d’autres personnalités du parti de la lampe.


L’association “Touche pas à mon enfant”  intervient

La vidéo reprise notamment par le site Hespress a convaincu l’association Touche pas à mon enfant de demander l’ouverture d’une enquête. Celle-ci exhorte les autorités par voie de communiqué à « prendre les dispositions nécessaires » face à des « supposées agressions sexuelles » contre des mineurs.


L’ONG s’interroge aussi sur le mutisme de Mustapha Ramid, ministre de la Justice et figure du PJD. Yatim, contacté d’abord par Telquel.ma n’avait pas souhaité réagir aux graves accusations dont il est l’objet préférant utiliser le canal de communication du parti pour les qualifier de « message de haine ».


Mohamed Yatim (à-d) en compagnie de Mustapha Ramid, ministre de la Justice et de Bassima Hakkaoui, ministre de la famille. AIC PRESS


Mais en défense de sa « réputation et celle de ses proches », il a tenté de contredire son accusateur en affirmant qu’en tant que professeur de philosophie dans le secondaire dans les années 80 étaient des « adultes », dont certains des « redoublants ».


Il a ensuite justifié son départ de Beni Mellal par une mutation à Salé motivée par des raisons familiales. Mohamed Yatim, considéré comme un sérieux candidat à un maroquin ministériel dans le futur gouvernement évoque « une attaque diffamatoire » en règle. Il dit avoir saisi « plusieurs avocats » en vue d’ester en justice contre Lahcen Bouarfa et la presse qui a relayé la vidéo.