Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
01.04.2017 à 17 H 52 • Mis à jour le 02.04.2017 à 01 H 17
Par et
Energie

Noor IV lancée, parachevant la méga-centrale solaire de Ouarzazate

Mohammed VI a lancé les travaux de réalisation de la Centrale Noor Ouarzazate IV le 1er avril 2017. MAP
Mohammed VI a procédé ce samedi au lancement de la phase IV de la centrale solaire de Ouarzazate. Les quatre sites combinés, dont Noor Ouarzazate I (160 MW), mis en service en février 2016, font du complexe le plus grand site de production solaire multi-technologique au monde

Le roi Mohammed VI a procédé, samedi 1er avril à la commune Ghessate (Province de Ouarzazate), au lancement des travaux de réalisation de la Centrale Noor Ouarzazate IV, ultime étape du plus vaste complexe énergétique solaire au monde dont la capacité totale atteindra 582 MW.


Ce nouveau projet, qui sera développé sur une surface de 137 ha en utilisant la technologie photovoltaïque (PV), vient conforter la volonté royale d’optimiser l’exploitation des ressources naturelles du Maroc, de préserver son environnement, de pérenniser son développement économique et social, et d’assurer l’avenir des générations futures.


La réalisation de Centrale Noor Ouarzazate IV s’inscrit dans les engagements internationaux du royaume relatifs à la baisse des émissions de gaz à effet de serre et de son objectif majeur de porter la part des énergies renouvelables dans le mix électrique national à 52 % à l’horizon 2030.


750 MDH pour 72 MW produits à terme

Avec un investissement estimé à plus de 750 millions de dirhams, Noor Ouarzazate IV, d’une capacité de 72 MW, fait appel à la technologie photovoltaïque qui permet de produire de l’énergie électrique directement à partir du rayonnement solaire capté par des cellules semi-conductrices. La maturité de cette technologie dans un marché en forte croissance en fait une solution très compétitive pour le Maroc.


La centrale Noor Ouarzazate IV, dont la mise en service est prévue pour le premier trimestre 2018, sera développée dans le cadre d’un partenariat associant Masen, acteur central des énergies renouvelables au Maroc, et un consortium d’opérateurs privés mené par le groupe ACWA POWER et sélectionné suite à un appel d’offres international.


La phase d’exploitation sera opérée, selon un schéma de production indépendante (Independent Power Production – IPP) tripartite intégrant l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE).


Noor Ouarzazate, le premier projet d'énergie solaire piloté par MASEN, est le plus grand complexe énergétique au monde avec une capacité totale de 580 MW. MAP


La structuration juridico-financière des projets de Masen avec le soutien de l’Etat, permet d’assurer le meilleur prix du kilowattheure. Ainsi, le tarif de sortie du kilowattheure de Noor Ouarzazate IV s’établira à 0,44 dirham, coût parmi les plus compétitifs jamais obtenu sur le marché mondial du photovoltaïque.


Un financement allemand de 650 MDH

Le financement de cette centrale a été assuré par la KfW Bankengruppe, Banque allemande de développent, à hauteur de 659 millions de dirhams. Ce financement s’inscrit dans la lignée du soutien continu apporté par la Kfw Bankengruppe et les autorités allemandes et qui témoigne de la confiance qu’elles portent pour les projets développés dans le cadre du Plan solaire marocain.


Lancés par le souverain le 4 février 2016, la deuxième et troisième centrale du complexe solaire Noor (Noor II et Noor III), dont le taux d’avancement des travaux de réalisation atteint, respectivement, les 76 et 74 %, adoptent également le schéma de production IPP.


D’une puissance de 200 MW, la centrale Noor II est développée sur une surface maximale de 680 ha, sur la base de la technologie thermo-solaire (CSP), avec capteurs cylindro-paraboliques. Pour sa réalisation, plus de 3 870 employés ont été mobilisés à ce jour, et 53 entreprises interviennent pour sa concrétisation, dont 43 entreprises marocaines.


Un pan de la centrale Noor (volet III) de Ouarzazate. MASEN


La centrale Noor III est, quant à elle, développée sur une surface de 750 ha en utilisant la technologie thermo-solaire (CSP) avec Tour, et aura une puissance de 150 MW. Plus de 2.520 employés ont été mobilisés à ce jour pour sa réalisation, et 53 entreprises, dont 40 marocaines, y sont intervenues.


Plus grand site solaire multi-technologique au monde

Les Centrales Noor Ouarzazate II, III et IV, combinés à la Centrale Noor Ouarzazate I (160 MW), mise en service en février 2016, font de Noor Ouarzazate le plus grand site de production solaire multi-technologique au monde. Le complexe Noor Ouarzazate abrite également une tour belvédère offrant une vue panoramique de l’ensemble du site, ainsi qu’un poste central de sûreté.


A terme, le complexe comprendra aussi un parc à thèmes (Masen Park) de 16 hectares dont le tracé reproduit celui de la carte du royaume, ainsi que des équipements structurants, dont une plateforme Recherche et développement, un bâtiment multifonctions comprenant des espaces dédiés à l’exploitation et au fonctionnement du site, un auditorium et une médiathèque.


Les Centrales Noor Ouarzazate I, II, III et IV feront du Complexe Noor Ouarzazate le plus grand site de production solaire multi-technologique au monde avec un investissement total de 24 milliards de dirhams, sans compter les infrastructures communes développées par Masen et l’ONEE pour les besoins des développeurs. Ces infrastructures servent les besoins de connexion électrique, de transport routier, d’adduction en eaux brute et potable, de drainage, de télécommunication et de sécurité.


Infographie. Courtesy MASEN


« Ces projets sont également l’occasion d’activer les leviers de développement socio-économique à travers la mise en place d’actions dans la santé, l’éducation, l’agriculture, l’entreprenariat et l’animation culturelle et sportive. Ainsi, plus de 20 000 personnes ont pu bénéficier de ces mécanismes de solidarité, plus de 30 douars ont pu être alimentés en eau potable et 4 d’entre eux reliés au réseau routier national, réduisant ainsi leur désenclavement territorial », note l’agence MAP.