Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
25.05.2017 à 18 H 16 • Mis à jour le 25.05.2017 à 18 H 16
Par et
Eau & Electricité

Les finances de l’ONEE passent au vert après plus de quinze ans de déficit

L’Office a réussi à épargner un montant de 3 MMDH au titre de la période 2014-2016, à améliorer le produit net qui est passé d’un déficit de 2,8 MMDH fin 2013 à un bénéfice de l’ordre de 790 millions dirhams (MDH) et à doubler la capacité de financement propre qui a atteint 8,8 MMDH à fin 2016 contre 4,2 MMDH à fin 2013

Le Comité de pilotage du contrat-programme entre l’Etat et l’Office National de l’Electricité et de l’Eau Potable (ONEE) pour la période 2014-2017 s’est réuni, mercredi à Rabat, sous la présidence du chef du gouvernement, Saâdeddine El Otmani.


Selon un communiqué du département du chef de gouvernement, cette réunion a été consacrée à la discussion du rapport élaboré par le comité de suivi et d’évaluation du contrat-programme et à l’évaluation de la mise en œuvre des engagements des différentes parties concernées par ce document, dans l’objectif de valoriser les acquis et de proposer des solutions appropriées pour l’accélération de la mise en œuvre des engagements dont l’exécution connaît un trébuchement.


Dans une allocution à cette occasion, El Otmani a mis en avant les retombées positives du contrat-programme, qui a permis d’améliorer la situation financière “inquiétante”  qui a perduré depuis des années et de regagner la confiance des bailleurs de fonds nationaux et internationaux.


Ainsi, il a été procédé à la conclusion de grands contrats d’investissement qui ont concerné notamment la Centrale thermique de Safi, qui couvrira 25 % de la demande nationale en électricité à l’horizon 2018, ainsi que le projet de création d’une station de dessalement des eaux de mer à Agadir qui approvisionnera en eau potable les populations de la ville et des zones avoisinantes, outre sa contribution au renforcement du rôle stratégique de l’Office dans l’accompagnement du développement socio-économique du pays, ainsi que le besoin grandissant résultant de la mise en œuvre des différents chantiers et stratégies sectoriels.


Concernant le bilan du contrat-programme, le chef du gouvernement a indiqué que l’Etat a alloué 1,8 milliard de dirhams (MMDH) à l’Office, comme soutien forfaitaire sur le fuel, a augmenté les fonds propres de cet établissement de 2 MMDH et a procédé à la liquidation de 2,5 MMDH au titre de la taxe sur la valeur ajoutée, inscrite comme prêt sur l’Etat, a rapporté le communiqué.


Le chef du gouvernement a rappelé que l’Etat poursuit son action pour garantir le financement de la réalisation de certains projets d’investissement programmés dans le contrat, a ajouté la même source.


Un investissement de 29 MMDH

El Otmani a noté que l’ONEE a pu, de son côté, réaliser un montant d’investissement de l’ordre de 29 MMDH, dont 15,7 MMDH pour le secteur de l’électricité avec un taux de réalisation de 68 % des prévisions du contrat-programme, 13,1 MMDH pour le secteur de l’eau et de l’assainissement liquide avec un taux de réalisation de 82 % des prévisions du contrat et ce, malgré quelques obstacles liés principalement au foncier.


Il a, par ailleurs, indiqué que le taux de généralisation de l’adduction en eau potable en milieu rural a atteint 96 %, alors que le taux de la couverture du réseau d’électricité a dépassé 99,4 %.


L’Office a réussi à épargner un montant de 3 MMDH au titre de la période 2014-2016, à améliorer le produit net qui est passé d’un déficit de 2,8 MMDH fin 2013 à un bénéfice de l’ordre de 790 millions dirhams (MDH) et à doubler la capacité de financement propre qui a atteint 8,8 MMDH à fin 2016 contre 4,2 MMDH à fin 2013, ce qui démontre que le contrat-programme a eu un grand rôle dans le rétablissement de la santé financière de cet établissement stratégique.


El Otmani a ainsi appelé toutes les parties à élaborer un deuxième contrat-programme de nature à prémunir les acquis réalisés et à garantir la poursuite de la dynamique de réforme de l’Office et la mise en place d’un plan d’investissement stratégique clair, en coordination avec les différents départements concernés et les autres intervenants pour la période d’après 2017.


Il a, en outre, mis l’accent sur la nécessité de rattraper le retard enregistré dans la mise en œuvre de certains engagements énoncés dans le contrat-programme à cause de certaines contraintes.