Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
29.05.2017 à 23 H 40 • Mis à jour le 30.05.2017 à 02 H 30
Par
Justice

Al Hoceima: 32 personnes poursuivies, selon le procureur du roi

Des manifestants le 28 mai à Rabat réclamant la relaxe des personnes interpellées à Al Hoceima. AIC PRESS
Le procureur général du roi près la Cour d'appel d’Al-Hoceima précise que les concernés ont été déférés, lundi 29 mai, devant le Parquet près le tribunal de première instance d'Al Hoceima qui a ordonné la poursuite de 25 personnes en état d'arrestation et 7 en état de liberté.

Quarante personnes, qui auraient commis des actes contraires à la loi et punis par le Code pénal, ont été interpellées et placées en garde-à-vue, suite aux incidents qu’a connus, vendredi, Al Hoceima, a annoncé lundi soir le procureur général du roi près la Cour d’appel de cette ville. « Ces personnes seront interrogées sur les présumés actes qui leur sont reprochés et qui sont punis par le Code pénal », indique un communiqué du procureur général du roi, transmis à la MAP.


Le procureur général du roi près la Cour d’appel d’Al Hoceima précise que les concernés ont été déférés, lundi 29 mai, devant le Parquet près le tribunal de première instance d’Al Hoceima qui a ordonné la poursuite de 25 personnes en état d’arrestation.


Elles sont poursuivies pour les délits d’outrage aux éléments de la force publique lors de l’exercice de leurs fonctions, violence à leur encontre ayant causé des blessures avec préméditation, désobéissance armée par la voie de plusieurs personnes, destruction de véhicules et d’autres équipements d’intérêt général, manifestation sans autorisation préalable sur la voie publique et attroupement armé sur la voie publique.


La même source ajoute que sept personnes sont poursuivies en état de liberté, chacune en ce qui la concerne, pour des délits d’outrage à l’encontre des éléments de la force publique lors de l’exercice de leurs fonctions, désobéissance et manifestation sans autorisation préalable sur la voie publique.


Cependant, il a été décidé de classer sans suite les cas de sept personnes, note le communiqué, ajoutant qu’un mineur a été déféré devant le juge des mineurs, conformément à la loi.