Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
08.06.2017 à 15 H 59 • Mis à jour le 08.06.2017 à 15 H 59
Par et
France-Maroc

Une source diplomatique française confirme la venue de Macron au Maroc

Emmanuel Macron, président de la République française. Oliver Weiken/EPA
Dès le 7 mai, date de l'élection d'Emmanuel Macron, le souverain marocain avait adressé des félicitations remarquées au chef de l'Etat français, saluant ses « hautes qualités humaines et intellectuelles » et son « choix du progrès, de l'ouverture et de la confiance en l'avenir ». Les deux dirigeants s'étaient ensuite entretenus par téléphone le 9 mai

Emmanuel Macron se rendra au Maroc les 14 et 15 juin pour rencontrer le roi Mohammed VI, a appris jeudi l’agence Reuters, de source diplomatique française, confirmant la révélation du site AtlasInfo.


La présidence de la République n’a toutefois dans l’immédiat pas confirmé cette visite. Il s’agit du premier déplacement du nouveau président français au Maghreb depuis son élection.



Emmanuel Macron s’était rendu à Alger et Tunis durant la campagne présidentielle.


Dès le 7 mai, date de l’élection d’Emmanuel Macron, le souverain marocain avait adressé des félicitations remarquées au chef de l’Etat, saluant ses « hautes qualités humaines et intellectuelles » et son « choix du progrès, de l’ouverture et de la confiance en l’avenir ».


Il s’était dit convaincu que le partenariat franco-marocain gagnerait « en profondeur et en intensité » sous la présidence d’Emmanuel Macron, notamment dans la lutte contre le terrorisme, particulièrement dans la région sahélo-saharienne.


Les deux dirigeants s’étaient ensuite entretenus par téléphone le 9 mai.


La nomination de Mounir Mahjoubi, Français d’origine marocaine de 33 ans, ancien responsable de la campagne digitale d’Emmanuel Macron, au poste de secrétaire d’Etat au Numérique a par ailleurs été saluée par les médias marocains.


Les relations entre Paris et Rabat ont repris leur élan après un froid diplomatique sans précédent sous le mandat de François Hollande lié au dépôt de trois plaintes de Franco-Marocains, en février 2014 à Paris, contre le directeur du contre-espionnage marocain, Abdellatif Hammouchi, pour « torture » et « complicité de torture ».


Le royaume avait alors suspendu sa coopération judiciaire avec la France, décision qui avait affecté les échanges d’informations dans la lutte anti-terroriste et ouvert une période de tensions d’un an.


Les accords de coopération judiciaire ont été rétablis début 2015 et les deux pays ont repris langue à la faveur, notamment, d’une visite de Mohammed VI à Paris.


La relance de la coopération sécuritaire a été marquée par l’appui du renseignement marocain dans l’enquête sur les attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, qui a permis de localiser le responsable présumé des commandos djihadistes, Abdelhamid Abaâoud, ajoute Reuters.


La lutte contre le réchauffement a aussi constitué un point de rapprochement entre les deux pays –  le Maroc a accueilli la COP22 fin 2016 après l’accord de Paris de décembre 2015.