Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
15.06.2017 à 18 H 44 • Mis à jour le 15.06.2017 à 18 H 44
Par et
Automobile

Au Maroc, PSA confirme ses ambitions régionales avec une première usine pour 2019

À côté du ministre de l’Industrie, Moulay Hafid Elalamy, Carlos Tavares, le directeur général de PSA Peugeot Citroën, signe en 2015 l’accord industriel d’installation d’une usine au Maroc en 2019. © AFP PHOTO / FADEL SENNA
L'usine qui sera opérationnelle dès 2019, produira des moteurs et des véhicules couvrant les besoins locaux et de la région. Sa capacité de production sera de 90 000 véhicules par an au démarrage pour atteindre 200 000 unités à terme

Le groupe français PSA (Peugeot, Citroën et DS) a précisé jeudi les contours de sa première usine marocaine, située à Kénitra près de Rabat, confirmant également ses ambitions en Afrique et Moyen-Orient. Au lendemain de la visite au Maroc du président français Emmanuel Macron, le patron de PSA Carlos Tavares a déclaré jeudi que cette unité de production entrera en service en 2019, affirmant ainsi « respecter le planning ».


Sa capacité initiale sera de 90 000 véhicules par an. Installée à Kénitra, au nord de Rabat, l’usine, avec une partie de production de moteurs dont les travaux ont été lancés ce jeudi, « sera à la pointe de la performance industrielle, avec un taux d’intégration locale (pièces fabriquées sur place) largement supérieur à 60 % », a souligné Rémi Cabon, DG de Peugeot Citroën Automobiles Maroc, filiale de PSA.


4 500 emplois directs et 20 000 indirects

La future usine devrait représenter 4 500 emplois directs à pleine charge et 20 000 emplois indirects notamment chez les équipementiers, selon ses promoteurs. Le ministre de l’Industrie, Moulay Hafid Elalamy, qui a fait du développement du secteur automobile une priorité, s’est félicité de « cette réalisation conjointe ». Le secteur automobile est désormais « le premier exportateur marocain », selon lui. « Nous sommes à 60 milliards de dirhams d’export (5,5 milliards d’euros), avec une perspective en 2019 à 100 milliards  », a indiqué à l’AFP Elalamy, confiant être en « négociation avancée » avec d’autres constructeurs automobiles.


Carlos Tavares a par ailleurs affirmé que la région Afrique et Moyen-Orient était un « pilier majeur » de la croissance du groupe. « Nos volumes y ont plus que doublé entre 2014 et 2016. Notre ambition est de vendre un million de véhicules à l’horizon 2025 pour cette région et d’y produire pas moins de 70 % de ces véhicules », a-t-il dit.


L’annonce de l’arrivée d’un deuxième grand constructeur automobile au Maroc, après Renault qui dispose d’une méga-usine près de Tanger, avait été faite en juin 2015, avec à la clé un investissement de 557 millions d’euros. PSA a vendu 3,15 millions de véhicules en 2016 dans le monde et dégagé un bénéfice net de 2,15 milliards d’euros (+79 %) avec une marge de 6 %. De son côté, le Groupe Renault Maroc a célébré mardi l’exportation de son millionième véhicule fabriqué dans ses usines marocaines de Tanger et de Casablanca, respectivement en fonctionnement depuis 2012 et 2007.