Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
15.06.2017 à 15 H 04 • Mis à jour le 15.06.2017 à 20 H 45
Par
Spy Game

Surveillance : Une firme britannique a livré un logiciel espion controversé au Maroc

Selon les documents obtenus par la BBC, les équipements ont été vendus ces dernières années à plusieurs gouvernements arabes dont le Maroc. La technologie sert à espionner en masse courriels et téléphones portables. Des ONG dénoncent un outil servant à contrer toute dissidence

BAE, la plus grande entreprise d’armement de Grande-Bretagne, a vendu secrètement une technologie de surveillance de masse à six gouvernements d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient « critiqués pour avoir réprimé leurs citoyens », dont le Maroc, a rapporté la BBC.


La technologie sophistiquée peut être utilisée pour espionner un grand nombre de courriels et de téléphones portables, déclenchant des accusations de militants des droits de l’Homme selon lesquelles il est utilisé pour pister et mettre en prison les dissidents.




Selon les documents obtenus par la BBC, les équipements ont été vendus ces dernières années aux gouvernements de l’Arabie saoudite, des Emirats arabes unis, d’Oman, du Qatar, de l’Algérie et du Maroc. « Les documents révèlent également des inquiétudes officielles selon lesquelles l’exportation de la technologie pourrait être détournée et mettre en danger la sécurité de la Grande-Bretagne et de ses alliés », commente le Guardian.


BAE a déclaré qu’il était incapable de commenter des contrats spécifiques « en raison de la stricte réglementation nationale en matière de sécurité et de confidentialité dans laquelle nous opérons ». Le fabricant a contesté certaines des revendications de la BBC sans en préciser la teneur. La firme a seulement ajouté qu’elle s’était engagée à « agir de manière éthique et responsable ».


Selon l’enquête publiée mercredi 15 juin, les ventes de la technologie controversée ont été réalisées par l’intermédiaire d’une société danoise que BAE avait rachetée en 2011.



L’entreprise, connue sous le nom de BAE Systems Applied Intelligence, vend un outil de surveillance qui peut recueillir, cataloguer et analyser les communications électroniques de millions de personnes.


La BBC cite une source anonyme qui affirme avoir travaillé pour l’entreprise, en décrivant ainsi la technologie : « Vous pouvez intercepter tout trafic sur Internet. Si vous voulez couvrir un pays entier, c’est possible. Vous aurez probablement besoin de quelque chose pour affiner votre recherche, soit par l’identité d’une personne donnée, une adresse électronique, une adresse IP ou des mots clés spécifiques à rechercher ».


L’individu a déclaré que la technologie –  baptisée « Evident » –  peut être utilisée pour localiser les personnes en fonction des données émises par leurs téléphones mobiles.


Ainsi, la technologie est capable de briser les communications qui ont été chiffrées, même si aucun détail n’est spécifié.


En 2015, un fonctionnaire britannique a écrit que si le Royaume-Uni avait été invité à approuver l’exportation de cette technologie, il aurait refusé de pouvoir nuire à la sécurité du Royaume-Uni et de ses alliés. On craignait que la technologie puisse être utilisée pour décrypter et lire les communications sensibles du Royaume-Uni.


Cependant, le gouvernement danois a approuvé l’exportation, en partie parce que son propre service de renseignement et ses conseillers en affaires étrangères ne s’étaient pas opposés.


Un système utilisé par Ben Ali contre ses opposants

La BBC a signalé qu’elle avait localisé deux hommes employés pour opérer le système de surveillance « Evident » en Tunisie pendant la dictature du président Zine al-Abidine Ben Ali. De nombreux adversaires ont été enfermés et torturés par son régime –  l’un des plus répressifs du monde arabe –  avant qu’il ne soit renversé en 2011.


L’un des hommes cités par la BBC affirme que son travail était de surveiller l’internet en Tunisie en utilisant un système « Evident » qui avait été installé dans le sous-sol d’une des maisons de Ben Ali. « L’outil fonctionne avec des mots-clés. Vous mettez le nom d’un adversaire. Vous verrez tous les sites, les blogs, les réseaux sociaux liés à cet utilisateur », a-t-il déclaré.


Selon la BBC, le deuxième homme faisait partie d’une unité de renseignement spécialisée qui a travaillé en étroite collaboration avec Ben Ali. « Parfois, ils me demandaient d’obtenir des informations sur des personnes spécifiques …  une information était utilisée directement pour le président. La plupart des requêtes concernaient ses adversaires. »


La BBC a déclaré que lors de son enquête menée par son service arabe en collaboration avec le journal danois Dagbladet, qu’elle s’est adressée aux gouvernements des pays concernés, dont le Maroc, pour avoir fait un commentaire, mais n’a reçu aucune réponse. Le royaume avait par le passé souvent été cité pour avoir utilisé des moyens technologiques de surveillance de masse similaires, notamment  les systèmes de l’Italien Hacking Team, dont Le Desk a pu consulter des documents fuités, du Néo-zélandais Endace, ou encore du Français Amesys, dont le logiciel avait notamment servi par la dictature du colonel Kadhafi en Libye.


Questionnée, BAE a déclaré : « Notre technologie joue un rôle crucial en permettant au Royaume-Uni et ses alliés de lutter contre la menace du terrorisme international, de soutenir l’application de la loi et d’aider à garder le public en sécurité, tant au Royaume-Uni qu’à l’étranger ».


« Nous avons des politiques et des procédures solides pour garantir que nos exportations internationales vers les gouvernements étrangers respectent pleinement les réglementations internationales en matière d’exportation ainsi que nos propres critères stricts pour évaluer tous les contrats éventuels ».


—  Avec Agences et The Guardian