Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
19.06.2017 à 05 H 00 • Mis à jour le 19.06.2017 à 05 H 05
Par
Finsbury Park

Londres : Un terroriste prend pour cible des fidèles d’une mosquée

Un groupe de fidèles ont entamé une prière dans la rue immédiatement après l’attaque. Cynthia Vanzella
Un véhicule a fauché plusieurs piétons près de la mosquée de Finsbury Park, dans la nuit de dimanche à lundi, faisant au moins un mort et une dizaine de blessés selon la police, qui a procédé à l’arrestation de son conducteur. En plein ramadan, les victimes quittaient le lieu de culte après la prière du tarawih, indiquant un acte terroriste délibéré selon les témoignages concordants

Un véhicule a fauché plusieurs piétons dans la nuit du dimanche 18 au lundi 19 juin dans le nord-est de Londres. L’incident sest déroulé aux abords la mosquée de Finsbury Park. En pleine période de ramadan, les pratiquants se rendent à la mosquée après l’Iftar. La prière du tarawih ayant lieu aux alentours de minuit. Après l’attaque, des musulmans ont entamé des prières dans la rue, à proximité du lieu du drame.


Une victime de l'attaque au fourgon-bélier évacuée par des policiers londoniens. Cynthia Vanzella


« Au moins un mort et huit blessés » sont à déplorer a annoncé la police, qui a procédé à une arrestation. Il s’agit d’un homme de 48 ans. Il a été emmené à l’hôpital par mesure de précaution et sera bientôt mis en détention. Une évaluation sur sa santé mentale aura lieu « en temps voulu », précisent les forces de l’ordre. « Aucun autre suspect n’a été identifié sur les lieux », a-t-on précisé.


Theresa May, premier ministre britannique, a affirmé  que l’attaque est traitée comme une “potentiellement terroriste” . Les témoignages en font aucun doute.



Selon le Daily Mail, qui cite des témoins, l’auteur de l’attaque a reconnu avoir ciblé des musulmans alors qu’il était encore sur les lieux, mais son mobile exact, ni de potentiels commanditaires n’ont été formellement établis.



Un rescapé de l'attaque terroriste assisté par un policier aux abords du lieu de l'attaque. Cynthia Vanzella


La police a expliqué avoir été appelée peu après minuit vingt, heure locale, au sujet d’une collision sur la Seven Sisters Road, qui traverse le quartier de Finsbury Park. Selon The Guardian, la police contre-terroriste est venue prêter main forte à la police ordinaire pour examiner les circonstances de l’attaque.


La police anti-terroriste a été dépêchée sur les lieux en soutien des forces de l'ordre. Cynthia Vanzella


Une “hausse rampante de l’islamophobie” 

L’association musulmane de défense des droits de l’Homme, Cage, a pour sa part dénoncé « la hausse rampante de l’islamophobie », appelant au « calme ».

 

Mohammed Shafiq, à la tête de l’organisation musulmane Ramadhan Foundation, a condamné cette « attaque malveillante », dans un communiqué. « S’il est confirmé qu’il s’agit d’une attaque délibérée, alors elle doit être considérée comme un acte de terrorisme », a-t-il ajouté.


Finsbury Park est une banlieue de Londres distante de quelques kilomètres au nord du centre-ville. Elle abrite une grande variété de nationalités et, bien qu’elle est sujette à la gentrification (un théâtre y a ouvert ces dernières années), elle conserve sa nature ouvrière et se caractérise par une population de tous horizons.




Le lieu est connu pour abriter le club de football d’Arsenal et son Emirates Stadium. C’est aussi le quartier de la population algérienne de Londres remplaçant au fil des ans une première vague d’immigration irlandaise, notamment en haut de Blackstock Road, connu sous le nom de « Little Algiers »,


Une victime de l'attaque terroriste évacuée par les ambulanciers. James Gourley/REX/Shutterstock


Mais Finsbury Park est également connu pour avoir été au début des années 2000, comme le foyer de la mosquée liée à l’imam radical Abou Hamza. La mosquée était ainsi réputée pour être un haut lieu des militants islamistes de Londres. Ces derniers venaient écouter les prêches enflammés d’Abou Hamza : ce prêcheur égyptien, borgne et amputé des deux avant-bras, a été condamné à la prison à perpétuité en janvier 2015 aux Etats-Unis pour onze chefs d’inculpations liés à une prise d’otages et pour terrorisme. En 2012, Abou Hamza avait été extradé aux États-Unis. Les leaders actuels de la mosquée ont cherché à purger son passé extrémiste.


Londres a été le théâtre récemment d’autres attaques, mais c’est la première fois que des musulmans sont ainsi visés.