Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
12.07.2017 à 23 H 03 • Mis à jour le 12.07.2017 à 23 H 11
Par
Hirak

La vidéo de Nasser Zafzafi tournée à la BNPJ, selon sa défense

Nasser Zafzafi, leader du Hirak. DR
Al Yaoum24 qui rapporte l’information, indique que la défense de Zafzafi a recueilli son témoignage lors d’une visite au pénitencier de Oukacha, mardi 11 juillet. Le détenu a ainsi précisé que la scène date du dernier soir passé à la BNPJ où il a été interrogé avant son transfèrement en prison

Nouveau rebondissement dans l’affaire de la vidéo de Nasser Zafzafi, leader du mouvement rifain en état d’arrestation depuis le 26 mai : ses avocats Rachid Belaali et Ishak Charia ont afformé que « son tournage a été effectué dans les locaux de la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) à Casablanca », selon ses propres propos.


Al Yaoum24 qui rapporte ce soir l’information, indique que la défense de Zafzafi a recueilli son témoignage lors d’une visite au pénitencier de Oukacha (Ain Sebaâ 1), mardi 11 juillet. Le détenu a ainsi précisé que la scène date du dernier soir passé à la BNPJ où il a été interrogé avant son transfèrement en prison.


Sur les circonstances de ce tournage, l’avocat Rachid Belaali a affirmé que Zafzafi lui a révélé qu’un médecin était en train de l’ausculter quand une personne dont il ne connaît pas l’identité a commencé à le filmer. Pour le convaincre, il aurait dit que « cela procède d’une routine appliquée à l’ensemble des détenus de son groupe ».

 

Le second avocat, Ishak Charia, a confirmé lui aussi avoir recueilli le même témoignage de la part du détenu.


Al Yaoum24 cite un troisième témoin anonyme qui révèle avoir vu Zafzafi porter la gandoura bleue avec laquelle il apparaît dans la vidéo durant sa garde à vue dans les locaux de la BNPJ.


Le leak de la vidéo de Nasser Zafzafi a soulevé un large mécontentement auprès de la société civile et de certains membres du gouvernement qui l’ont considéré comme attentatoire à la dignité du prisonnier. Celle-ci a été mise en ligne par Barlamane.com quelques heures avant la comparution du détenu devant le juge d’instruction à la Cour d’appel de Casablanca lundi 10 juillet.


Lire aussi notre décryptage : L’Etat lézardé par la vidéo humiliante de Zafzafi


L’administration en charge des prisons avait assuré que cela ne s’est pas produit dans ses murs. « La vidéo diffusée de Nasser Zafzafi, détenu sur fond des événements d’Al Hoceima à la prison locale Ain Sebaa 1, n’a pas été enregistrée dans cet établissement pénitentiaire », a ainsi affirmé lundi par voie de communiqué, la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR). De son côté, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) s’est refusée à tout commentaire à ce sujet.


Le procureur du roi près la Cour d’appel de Casablanca avait alors décidé l’ouverture d’une information judiciaire : « Le parquet général a ordonné l’ouverture d’une enquête minutieuse pour élucider les circonstances de l’enregistrement de cette vidéo et la finalité de sa publication, afin de prendre les mesures légales nécessaires à la lumière des résultats de l’enquête, a indiqué la Cour d’appel de Casablanca dans un communiqué », selon une dépêche MAP.


Le site Barlamane.com avait retiré la vidéo sans aucune forme d’explication, préférant dans un article qui a suivi ce retrait, éluder la question. Selon plusieurs sources concordantes, son rédacteur en chef, Khalid Boubekri, a été entendu pour les besoins de l’enquête ce mercredi 12 juillet par…la BNPJ.