Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
19.08.2017 à 14 H 38 • Mis à jour le 19.08.2017 à 14 H 55
Par et
Terrorisme

Finlande : Cinq Marocains détenus après l’attaque de Turku

Une victime de l’attaque au couteau de Turku au sol. AFP/ GETTY IMAGES
Le principal suspect, actuellement hospitalisé, est un Marocain âgé de 18 ans, selon la police. Il avait déposé une demande d'asile arrivé en Finlande en 2016, a indiqué la même source lors d'une conférence de presse tenue ce samedi. Quatre autres Marocains ont été détenus et un mandat d'arrêt a été délivré pour un cinquième, révèle la responsable de l'enquête

Quatre autres Marocains ont été détenus et un mandat d’arrêt a été délivré pour un cinquième après qu’un jeune homme a poignardé des passants avec un grand couteau sur deux places de la ville de Turku, dans le sud-ouest de la Finlande, a annoncé samedi la police locale.


La police a procédé à plusieurs arrestations dans la nuit de vendredi à samedi. Selon des médias finlandais, un appartement a également été perquisitionné à Varissuo, un des faubourgs de Turku situé à 7 km environ de la place du marché sur laquelle l’attaque s’est produite. Varissuo abrite une importante communauté immigrée.


Le principal suspect, actuellement hospitalisé, est un Marocain âgé de 18 ans, selon la police. Il avait déposé une demande d’asile arrivé en Finlande en 2016, a indiqué la police lors d’une conférence de presse.



La responsable de l’enquête, Crista Granroth, a déclaré que la police considérait l’attaque de Turku comme un acte isolé. Elle a expliqué qu’il n’y avait aucun signe que le groupe était lié aux auteurs des attentats qui ont fait 14 morts à Barcelone et à Cambrils jeudi et vendredi


Les femmes visées selon l’enquête de police

Le ressortissant marocain de 18 ans accusé d’avoir tué deux personnes et blessé huit autres en Finlande vendredi, était « un demandeur d’asile qui voulait s’en prendre à des femmes », a annoncé samedi la police.


« Nous pensons que l’assaillant ciblait en particulier les femmes, mais des hommes ont été blessés après avoir tenté de défendre ces femmes », a déclaré la commissaire Granroth, du Bureau national des enquêtes en Finlande, lors de la conférence de presse.


Deux femmes finlandaises ont été tuées dans l’attaque survenue à Turku, considérée comme terroriste par les autorités finlandaises. Huit autres personnes ont été blessées, parmi lesquelles les autorités ont comptabilisé six femmes et deux hommes. « Un homme a été blessé en essayant d’aider une victime et un autre a tenté d’arrêter l’assaillant », a indiqué la commissaire.


Les autorités ont également précisé que parmi les huit blessés, il y avait un Italien, un Britannique et un Suédois (et non pas deux comme elles l’avaient annoncé plus tôt dans la journée). La police a arrêté le suspect quelques minutes après l’attaque, le blessant par balles à la jambe.


La Finlande, classée pays le plus sûr de la planète par le Forum économique mondial, s’est réveillé en état de choc, même si les services de sécurité intérieurs (SIS) avaient récemment relevé le niveau d’alerte antiterroriste.


Les mesures de sécurité ont été renforcées dans tout le pays, notamment à l’aéroport d’Helsinki et dans les gares de la capitale.


Les représentants des communautés irakienne et syrienne de Turku ont condamné l’attaque et annoncé la tenue d’un rassemblement de solidarité avec les victimes.


Un groupe anti-immigration a appelé lui à une manifestation dans Helsinki.


“Les terroristes veulent dresser les gens les uns contre les autres. Nous ne permettrons pas que cela se produise. La société finlandaise ne cédera pas à la peur ou à la haine” , a tweeté la ministre de l’Intérieur, Paula Risikko.