Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
14.09.2017 à 23 H 33 • Mis à jour le 14.09.2017 à 23 H 38
Par
Justice

Interdit de médecine en France, un chirurgien marocain exerce au Maroc

Sur sa page Facebook, en avril 2017, le chirurgien qui a opéré un enfant, décédé le 2 novembre 2014, se présente comme un chirurgien-expert, dans son bureau et dans une image de bloc opératoire ultra-moderne. FB
Malgré sa mise en examen pour homicide involontaire sur un jeune ptient et un contrôle judiciaire qui lui interdit d’exercer la médecine, Salah Benlahrir s’est installé au Maroc et se présente comme un « expert » en chirurgie viscérale

Mis en examen pour homicide involontaire en septembre 2016 et soumis à un contrôle judiciaire strict qui lui interdit pourtant d’exercer la médecine, Salah Benlahrir a aujourd’hui pignon sur rue comme chirurgien de l’obésité et viscéral… à Marrakech, relève Yabiladi qui retrace le récit révélé par Le Républicain Lorrain. Sur son compte Facebook pro ouvert en avril, il se met en scène dans un bloc opératoire dernier cri.



Installé à Nancy depuis de nombreuses années, le praticien qui a commis une erreur médicale fatale sur un enfant de 11 ans dans une clinique de Metz, a placé sa société professionnelle en liquidation fin 2016. Peu de temps auparavant, il avait été sanctionné par ses pairs et interdit d’exercice de la médecine pour une durée de trois ans.


Brigitte Macron interpelée

Référencé par plusieurs sites comme chirurgien de l’obésité et installé à Marrakech depuis le drame, il se présente sur son site internet comme un praticien, né à Casablanca et de retour après « 20 ans d’expérience en France » et comme expert « de la chirurgie digestive sous cœlioscopie ».


Selon des juristes interrogés par Le Républicain Lorrain, cette installation au Maroc comme praticien peut constituer une entorse à son contrôle judiciaire mis en place fin août 2016 lors de sa mise en examen mais les règles de procédure entre la France et le Maroc peuvent être subtiles


Les parents de l’enfant décédé ont pris attache avec Brigitte Macron lui demandant un soutien dans leur bataille judiciaire qui se déplace ainsi au Maroc.