Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
25.10.2017 à 10 H 23 • Mis à jour le 25.10.2017 à 10 H 23
Par
Surveillance

Un oeil marocain sur l’Algérie et le Polisario

Un des deux satellites Astrium du système Pleiades que le Maroc lancera dès le 8 novembre. EADS
Un premier satellite sera lancé dès le 8 novembre. Un second suivra en 2018. Le dispositif permettra entre autres au Maroc d’obtenir des renseignements sur les installations militaires et les mouvements de troupes de ses voisins, l’Espagne, l’Algérie ou encore le Front Polisario

Un premier satellite d’observation de la gamme Pléiade d’EADS Astrium, acheté par le Maroc à la France, sera mis en orbite le 8 novembre à Kourou, en Guyane française. Le coût total du programme – qui comprend deux satellites, un premier lancé en novembre, un second en 2018- est estimé à environ 500 millions d’euros, précise El Pais.


Selon le quotidien espagnol, ces satellites doivent permettre au Maroc de lutter contre l’immigration clandestine, la contrebande, ou encore contre les groupes djihadistes présents dans le Sahel (comme AQMI), mais aussi contre la présence de pirates qui opèrent dans le Golfe de Guinée.


Une surveillance des pays voisins et du Polisario

En outre, d’après la même source, un tel dispositif permettra au Maroc d’obtenir des renseignements sur les installations militaires et les mouvements de troupes de ses voisins, l’Espagne, l’Algérie ou encore le Front Polisario.


Avec la mise en service de ce premier satellite espion, le Maroc va devenir après l’Égypte et l’Afrique du Sud, le troisième pays du continent à être doté d’une telle capacité militaire. Un avantage stratégique que l’Espagne ne voit pas d’un très bon oeil, selon El Pais.


Tenu secret, ce contrat avait été révélé début 2014 par La Tribune.fr. « Astrium (devenu Airbus Space Systems) et Thales Alenia Space (TAS), en tant que maître d’œuvre, ont signé l’année dernière un contrat portant sur la vente de deux satellites d’observation de type Pléiades au Maroc en deux phases (1 + 1) », détaillait le site français d’informations économiques et financières.