Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
29.10.2017 à 18 H 21 • Mis à jour le 29.10.2017 à 22 H 24
Par
Union Africaine

Le Tchadien Mahamat, acquis au Polisario, invite la « RASD » à Abidjan

Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine. ACD
Alors que la Côte d’Ivoire, par la voix d’un officiel, avait affirmé qu’elle n’accueillera pas de délégation du Polisario au prochain sommet UA-UE prévu à Abidjan fin novembre, le Tchadien Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’UA a pris les devants en invitant la « RASD ». Or, seul le pays hôte a la latitude de le faire…

La « RASD » « sera bien présente au Sommet UA-UE prévu fin novembre à Abidjan » en Côte d’Ivoire, « et ce après avoir reçu une invitation de la part du bureau du Président de l’UA à l’instar de tous les pays membres », a indiqué samedi 28 octobre un communiqué de l’agence de presse du Polisario SPS.


« La RASD a reçu une correspondance le 27 octobre de la part de la Commission de l’UA (bureau du président), à la lumière d’une note de la Côte d’Ivoire invitant tous les Etats membres de l’UA, sans exclusive, à participer au 5e Sommet participatif qu’abritera Abidjan les 29 et 30 novembre 2017, et ce conformément à la décision du Conseil exécutif (conseil des ministres des affaires étrangères) prise lors de la tenue de sa session extraordinaire le 16 octobre en cours à Addis Abeba », précise le communiqué.


« La Côte d’Ivoire, pays organisateur, assurera la participation de tous les Etats et prendra toutes les mesures nécessaires au bon déroulement des travaux de ce sommet », précise la correspondance.


Une substitution de souveraineté

Interrogée par RFI, Ebba Kalondo, porte-parole du président de la Commission de l’Union africaine –  le tchadien Moussa Faki Mahamat –  , ouvertement acquis au Polisario, avance que « la Côte d’Ivoire ne fait que se conformer à ses obligations et appliquer une décision prise lors la réunion du Conseil exécutif qui s’est tenue, à Addis-Abeba, le 16 octobre dernier ».



Pourtant, la Côte d’Ivoire avait insisté pour dire qu’elle n’a pas invité l’entité du Polisario à y participer. « Nous ne reconnaissons pas cet État et en avons informé le président de la Commission africaine », avait confié un officiel ivoirien à Jeune Afrique. « Nous finançons cette rencontre et y convions qui nous voulons. », avait-t-il ajouté.


Selon des sources diplomatiques consultées par Le Desk, « seul le pays hôte a la latitude d’inviter formellement et directement les Etats à participer aux sommets panafricains. Or, c’est le bureau de Moussa Faki Mahamat qui a pris les devants en conviant la ‘RASD’, pas Abidjan. Il a interprété comme il l’entend une note verbale générale à l’adresse de l’UA, mais qui ne se substitue pourtant pas à la souveraineté légitime de la Côte d’Ivoire ».


Lire aussi : Les dessous de l’imbroglio autour de la participation de la « RASD » au sommet d’Abidjan