Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
07.11.2017 à 09 H 54 • Mis à jour le 07.11.2017 à 11 H 17
Par
Musée

Mohammed VI à l’inauguration du Louvre d’Abou Dhabi

Les Emirats veulent se hisser au niveau des grands pays de l’art. LAD
La visite royale aux Emirats coïncide avec l'inauguration du Louvre d'Abou Dhabi à laquelle Mohammed VI devrait assister au vu de la composition de sa délégation. Dix ans après le lancement du projet, le musée du Louvre d'Abou Dhabi sera inauguré en grande pompe cette semaine avec un message de « tolérance » dans une période particulièrement violente

Le roi Mohammed VI effectue « une visite de travail et d’amitié » aux Emirats Arabes Unis et « une visite officielle » au Qatar, annonce ce mardi 7 novembre le Ministère de la Maison royale, du Protocole et de la Chancellerie dans un communiqué.


Pour sa première escale émiratie, le souverain est accompagné par une délégation officielle comprenant notamment les Conseillers Fouad Ali El Himma, Yasser Znagui et Abdellatif Menouni.


La délégation comprend également le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita, le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laaraj, le président de la Fondation nationale des musées, Mehdi Qotbi ainsi que plusieurs hautes personnalités civiles et militaires.


La visite royale aux Emirats coïncide avec l’inauguration du Louvre d’Abou Dhabi à laquelle Mohammed VI devrait assister au vu de la composition de sa délégation.


Dix ans après le lancement du projet, le musée du Louvre d’Abou Dhabi sera inauguré en grande pompe cette semaine, amenant la prestigieuse marque française en Orient avec un message de « tolérance » dans une période particulièrement violente.


Premier musée universel dans le monde arabe, il sera officiellement inauguré mercredi en présence du président français Emmanuel Macron et de l’homme fort des Emirats arabes unis Mohammed ben Zayed et ouvrira ses portes au public samedi avec des concerts et des spectacles de danse donnés jusqu’au 14 novembre par des artistes du monde entier.


La « ville-musée », conçue par l’architecte français Jean Nouvel, a été construite sur l’île de Saadiyat et est le fruit d’un accord inter-gouvernemental signé en 2007 entre Paris et Abou Dhabi.


L’Agence France-Muséums supervise les engagements français, notamment l’assistance, l’expertise et des prêts de 13 musées français (au total 300 œuvres à l’ouverture).


D’une durée de 30 ans, l’accord, qui inclut la marque Le Louvre et l’organisation d’expositions temporaires, totalise un milliard d’euros.


La collection permanente des Emirats devrait compter quelque 600 œuvres, dont plus de 200 à l’inauguration.


Seulement 5 % de la totalité du musée, qui compte 23 galeries permanentes, seront consacrés à l’art moderne et contemporain. L’établissement a vocation à refléter l’échange des cultures à travers des œuvres d’art de la Préhistoire à nos jours.


Contrairement à d’autres musées dont le parcours propose un classement par styles ou civilisations, le Louvre Abou Dhabi met en lumière les thèmes universels et les influences communes entre les civilisations.


Plus universel que Le Louvre

Parmi les œuvres exposées figureront ensemble un Coran du VIe siècle, une Bible gothique et une Torah du Yémen.


Pour Jack Lang, président de l’Institut du monde arabe et ancien ministre français de la Culture, ce musée est « beaucoup plus universel que Le Louvre à Paris parce qu’il porte l’idée d’un musée de différents continents et de différentes civilisations ».


Le Louvre Abou Dhabi est aussi « un projet d’espoir dans un monde qui serait respectueux des opinions et des différences », face au « fanatisme » et au « terrorisme », a-t-il dit.


Lors de l’annonce de la date d’ouverture, Mohamed Khalifa Al Moubarak, président de l’Autorité du Tourisme et de la Culture d’Abou Dhabi, a déclaré que le Louvre était « l’un des éléments clefs de la stratégie culturelle » de son pays et le symbole d’une « nation tolérante et ouverte à la diversité ».


Les Emirats arabes unis poursuivent une politique de soft power pour gagner en notoriété mondiale et sont engagés dans un bras de fer avec le Qatar voisin qui a été particulièrement actif dans le domaine du sport en remportant l’organisation du Mondial-2022 de football et en rachetant le Paris Saint-Germain.


L’architecture du Louvre Abou Dhabi est inspirée des médinas arabes avec un ensemble de 55 bâtiments blancs.


Les visiteurs pourront déambuler dans des espaces de promenade surplombant la mer et sous un dôme de 180 mètres de diamètre, composé de 7 850 étoiles en métal à travers lesquelles les rayons du soleil créent ce que Jean Nouvel appelle une « pluie de lumière », inspirée des palmeraies et des souks.


Le coût de construction du musée a été initialement estimé à près de 600 millions d’euros, mais l’achèvement a été retardé à plusieurs reprises en raison notamment de problèmes de financement.


Lors du lancement du projet, des voix se sont élevées en France contre « la vente de la marque » Le Louvre. Des ONG, dont Human Rights Watch, se sont ensuite inquiétées des conditions de travail des migrants sur le chantier, mais ces critiques se sont estompées au fil des ans.


Des mesures exceptionnelles ont été prises pour assurer la sécurité et la conservation des œuvres d’art, alors que les températures excèdent les 40 degrés Celcius en été.


Le Louvre Abou Dhabi est le premier de trois musées à ouvrir ses portes dans le district culturel de Saadiyat. Devraient suivre un Guggenheim, conçu par Frank Gehry, et le Zayed National Museum confié à Norman Foster.


Une porte-parole du Guggenheim à New York a concédé qu’un entrepreneur n’avait pas encore été choisi pour Abou Dhabi et que les travaux n’avaient pas encore commencé.