Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
05.12.2017 à 22 H 21 • Mis à jour le 05.12.2017 à 22 H 21
Par
Etats-Unis

Accusé de harcèlement sexuel, John Conyers, soutien du Polisario, quitte le Congrès

John Conyers, député républicain de Détroit, Michigan. EPA
A 88 ans, le démocrate américain John Conyers, membre influent du « Western Sahara Caucus », le lobby pro-Polisario au Congrès des Etats-Unis, a annoncé le 5 décembre avoir pris sa retraite après avoir été accusé de harcèlement sexuel par plusieurs anciennes collaboratrices parlementaires

L’élu américain John Conyers, héros de la lutte pour les droits civiques des Noirs et figure du parti démocrate, a annoncé mardi 5 décembre qu’il abandonnait son mandat, après avoir été accusé de harcèlement sexuel par plusieurs anciennes collaboratrices parlementaires. « Je prends ma retraite aujourd’hui », a déclaré John Conyers, 88 ans, sur une radio locale de Detroit, qu’il représente depuis 1965 à la Chambre des représentants. S’il a refusé d’utiliser le terme de « démission », sa décision semble pourtant s’y assimiler. Nombre de ses collègues démocrates, notamment la chef de l’opposition de la Chambre Nancy Pelosi, l’avaient appelé à démissionner. Il a adoubé son fils, John Conyers III, pour le remplacer.


Un indéfectible soutien du Polisario

Au Maroc, Conyers est connu pour être un des plus fervents défenseurs du Polisario au Congrès, faisant partie du fameux « Western Sahara Caucus », qui compte entre autres le Républicain de Pennsylvanie, Joseph Pitts et James McGovern.


Il avait, en mars 2016, participé à un hearing consacré à la situation des droits de l’homme au Sahara aux côtés de Kerry Kennedy (de la fondation éponyme), de l’ancien chef de la Minurso, Francesco Bastagli, d’Erik Hagen de la Western Sahara Resource Watch, et d’Eric Goldstein de Human Rights Watch), dans le cadre de la commission Tom Lantos des droits de l’homme, coalition bipartisane à la chambre des représentants des Etats-Unis.



Conyers est le premier des quatre parlementaires américains actuellement accusés de harcèlement ou d’agression sexuelle à quitter le Congrès. Outre lui, les représentants démocrate Ruben Kihuen et républicain Blake Farenthold sont accusés de harcèlement, et le sénateur démocrate Al Franken est accusé de gestes déplacés et d’un baiser forcé avant qu’il ne soit élu au Sénat. Séparément, un élu républicain, Joe Barton, a annoncé quant à lui qu’il ne briguerait pas de nouveau mandat et quitterait donc le Congrès fin 2018, après qu’une photo nue de lui a circulé sur internet.


John Conyers nie les allégations

La vague d’accusations contre ces élus, et d’autres non nommés, a donné l’impulsion à une série de réformes au Congrès pour mieux lutter contre le harcèlement sexuel au sein de l’institution. D’ores et déjà, les élus ont adopté le principe d’une formation obligatoire, tant pour les parlementaires que les employés du Congrès.


John Conyers était accusé depuis deux semaines par des anciennes assistantes parlementaires, pour des faits remontant à plusieurs années. Il nie les allégations et a été récemment hospitalisé. « Ma carrière ne peut pas être compromise ou réduite à ce qui se passe en ce moment. Cela passera. Mon influence continuera à travers mes enfants », a insisté l’octogénaire lors de son interview, donnée selon lui depuis un hôpital.