Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
29.03.2018 à 14 H 37 • Mis à jour le 29.03.2018 à 14 H 37
Par et
Education

Moins de la moitié des petits Marocains sont pré-scolarisés

Samira, éducatrice, donne des cours dans le privé à des enfants âgés de moins de 6 ans. SEBASTIAN CASTELIER / LE DESK
En 2017, la part des enfants préscolarisés est trois fois supérieure en milieu urbain que celle enregistrée en milieu rural, avec respectivement 66,6% et 22,5%, a précisé le HCP dans son enquête

Un peu moins de la moitié des enfants âgés de 3 à 5 ans (47,6 %) ont fréquenté un établissement préscolaire en 2017, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP).


La part des enfants âgés de 3 à 5 ans pré-scolarisés est la même entre garçons et filles, avec respectivement des parts de 47,7 % et 47,5 %, elle est, par contre, en milieu urbain trois fois celle enregistrée en milieu rural, avec respectivement 66,6 % et 22,5 %, a précisé le HCP lors d’une rencontre mercredi à Rabat, consacrée aux principaux résultats relatifs aux nouvelles thématiques couvertes par l’enquête nationale sur l’emploi, notant que le nombre de ces enfants a atteint 1,964 million en 2017.


L’enquête a également fait ressortir qu’environ 9 enfants âgés de 3 à 5 ans sur 10 pré-scolarisés (86,6 %) bénéficient d’un enseignement privé moderne (90,1 % en milieu urbain et 73,3 % en milieu rural) et 11,2 % d’un enseignement privé traditionnel (8,1 % en milieu urbain et 23,4 % en milieu rural), relevant que la part de l’enseignement préscolaire public est insignifiante (2,1 %).


Lire à ce sujet notre Grand Angle : Au Maroc, pays sans école maternelle publique


Pour ce qui est de la proportion des enfants bénéficiant d’un enseignement préscolaire, elle augmente avec l’amélioration du niveau de qualification du chef de ménage passant de 39 % pour les chefs de ménage sans aucun diplôme à 75,2 % pour ceux disposant d’un diplôme de niveau supérieur, a indiqué la même source, ajoutant que ce constat est à relever également quant à la différence d’opportunités d’être préscolarisé entre filles et garçons selon le diplôme du chef de ménage. Pour les chefs de ménages qui n’ont aucun diplôme, la différence entre les taux de préscolarisation des filles et des garçons est de l’ordre de 0,7 point de pourcentage au profit des garçons, alors que pour les ménages dont le chef dispose d’un diplôme de niveau supérieur, cette différence est de l’ordre de 3,2 points au profit des filles.


Le HCP a par ailleurs, souligné que les chances de pré-scolarisation sont corrélées avec le niveau socio-économique des ménages, précisant que le taux de pré-scolarisation varie de 40,7 % pour les enfants âgés de 3 à 5 ans vivant dans des ménages occupant un logement de type sommaire à 71,7 % pour ceux vivant dans des ménages occupant des villas, pour atteindre son niveau le plus élevé chez les enfants relevant des ménages vivant dans des appartements (79,4 %).


Par région, le taux de pré-scolarisation passe de 35,4 % dans la région de Marrakech-Safi à 77,5 % dans la région de Guelmim-Oued Noun, ce qui correspond à un écart de 42,1 points, et enregistre des niveaux plus importants que la moyenne nationale (47,6 %) au niveau de la moitié des régions.