Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
25.08.2018 à 01 H 42 • Mis à jour le 25.08.2018 à 01 H 42
Par
Hajj

Taoufik concède les souffrances des pèlerins marocains à La Mecque

Des pèlerins à La Mecque. AP
Depuis le 17 août, les officiels n’ont eu de cesse d’affirmer que les conditions de séjour des 32 000 pèlerins marocains aux Lieux Saints de l’Islam étaient optimales. Après avoir démenti la véracité des scènes de mécontentement filmées et diffusées sur Internet, le ministère des Habous a finalement fait état de « dysfonctionnements » et de « souffrances endurées » reconnues par les autorités saoudiennes

Acte 1, le 17 août, l’ambassadeur du Maroc en Arabie Saoudite, Mustapha Mansouri, a indiqué que les conditions des pèlerins marocains aux Lieux-Saints de l’Islam sont « positives ». Dans une déclaration à la MAP, Mansouri avait ainsi souligné que « les visites rendues aux pèlerins marocains dans leurs lieux d’hébergement à la Mecque, aux bureaux du Hajj et au niveau des missions médicales, qui veillent à leur sécurité et à leur état de santé, confirment que le rite du Hajj se déroule dans des conditions positives ».


Dans ce sens, il avait rappelé que « la visite effectuée, jeudi et vendredi, par la délégation officielle pour le pèlerinage, a permis de prendre connaissance des conditions d’hébergement des pèlerins marocains, ainsi que des dispositions prises en vue de leur garantir un meilleur séjour aux Lieux-Saints », en application des hautes instructions royales.


Il a, en outre, relevé que les 32 000 pèlerins marocains, « ont exprimé aux membres de la délégation officielle pour le pèlerinage leur satisfaction du déroulement du rite du Hajj ».


Acte 2, le 22 août, plusieurs pèlerins marocains se sont félicités de la « bonne et saine organisation du Hajj », notamment en ce qui a trait au déplacement des pèlerins vers Mina, Mozdalifa et le Mont Arafat, « qui n’a été émaillé, selon eux, par aucun incident entravant l’accomplissement normal des rites », a indiqué la MAP, citant plusieurs pèlerins ayant témoigné dans ce sens. Ceux-ci ont « salué les efforts consentis par la délégation officielle marocaine, y compris ses équipes des oulèmas, médicale et administrative, dans l’accompagnement des pèlerins marocains et leur encadrement », avait ajouté l’agence officielle.


Acte 3, le 23 août, alors que des vidéos montrant des pèlerins à la peine lors de leur séjour à La Mecque, le ministère des Habous et des Affaires islamiques a regretté, dans un communiqué transmis à la MAP, que certains des contenus diffusés sur ce sujet sont en réalité « des mensonges proférés les années passées, comme le prouvent les numéros de bureaux (75 et 80) apparus dans des extraits filmés, alors que les numéros des bureaux de la délégation officielle de cette année se situent entre le 105 et le 112 ».



S’agissant des faits ayant trait au pèlerinage de cette année, à commencer par le retard des bus à la descente des pèlerins à Arafat, le ministère a fait savoir que « la délégation marocaine a multiplié les communications téléphoniques avec les parties concernées en vue de palier au manque en bus malgré les grands efforts déployés par la délégation en la matière, et qui consistent en la conclusion d’un contrat avec les parties compétentes pour fournir des bus supplémentaires ».


Le ministère expliquait dans ce sens que « le transfert des pèlerins a pris fin à 1h00 du matin », notant qu’il s’agit d’un « horaire normal, sachant que de nombreux pèlerins issus d’autres pays ont souffert de retards plus importants ».


Par ailleurs, le ministère ajoutait « qu’un déjeuner non convenable a été offert à Mina le 11 Dou al Hijja 1439 de l’Hégire, faisant observer que la délégation marocaine est intervenue pour faire remplacer ce repas, sachant qu’aucune délégation administrative ou sanitaire n’est autorisée à intervenir dans les Lieux Saints ».


« Malgré cela, le ministre marocain a contacté son homologue saoudien au sujet de ces questions, notamment l’encombrement à Mina et le retard des bus », a relevé la même source.


Acte 4, le 24 août, le ministère des Habous et des affaires islamiques livrait une autre version plus en phase avec les critiques exprimées par les pèlerins marocains à travers les réseaux sociaux. « L’Etablissement des Moutawifs (Guides) des pèlerins des pays arabes a exprimé sa parfaite compréhension quant aux souffrances subies par les pèlerins marocains à Mina, Arafat et Mouzdalifa », a indiqué le département de Ahmed Taoufik dans un communiqué parvenu vendredi soir à la MAP.


« Le ministère indique que suite à l’entretien téléphonique qu’a eu le ministre des Habous et des affaires islamiques avec le ministre saoudien du Haj et de la Omra, une réunion d’urgence s’est tenue à la Mecque vers 19H (heure locale) entre la délégation marocaine pour le Hajj et l’Etablissement des Moutawifs des pèlerins des pays arabes au sein du siège de ce dernier, au cours de laquelle les deux parties ont passé en revue les dysfonctionnements qu’a connue la saison du Hajj de cette année en ce qui concerne l’alimentation et le logement à Mina et le transport à Arafat », indique le texte.


« Après ample examen de tous ces aspects, l’Etablissement des Moutawifs des pèlerins des pays arabes a dit comprendre parfaitement les souffrances endurées par les pèlerins marocains tant à Mina, Arafat et Mouzdalifa », souligne le communiqué, ajoutant que les deux parties ont convenu « d’établir un procès-verbal conjoint pour déterminer les responsabilités dans les dysfonctionnements enregistrés ».