Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
28.09.2018 à 20 H 44 • Mis à jour le 29.09.2018 à 04 H 35
Par
Contestation

Tétouan: «Nous te vengerons Hayat !», «Viva Espana !» et l’hymne national sifflé au stade

De jeunes ultras du Moghreb Tétouan scandant des slogans en solidarité avec Hayat, morte sous les balles de la Marine royale. FACEBOOK
A l’occasion d’un match de football, des ultras du Moghreb de Tétouan ont organisé une marche contestataire dans les rues de la ville du nord trois jours après la mort tragique de la jeune étudiante de 20 ans tuée par des tirs de la Marine royale alors qu’elle tentait de rallier l’Espagne à bord d’un go-fast. Des gradins du stade, nombreux ont sifflé l’hymne national

Si les autorités semblent vouloir passer sous silence la mort de Hayat B., tuée d’une rafale de tirs à l’arme automatique par des mariniers, ce n’est définitivement pas le cas des supporteurs de football de Tétouan, sa ville natale.


Vêtus pour certains de noir en signe de deuil collectif après le drame en haute mer qui a emporté la jeune migrante à la fleur de l’âge, de jeunes ultras du Mogreb de Tétouan sont montés au stade de la ville où leur équipe de football devait affronter celle du Kawkab de Marrakech au titre de la Botola, clamant des slogans contestataires.



« Le peuple réclame celui qui a tué Hayat ! », « Avec notre âme, avec notre sang, nous te vengerons Hayat ! », ont-ils scandé en chœur dans les rues de la vieille ville ou encore « Viva Espana ! » pour signifier eux aussi leur volonté affichée de tourner le dos à leur pays pour un hypothétique Eldorado européen.


« Le peuple veut être déchu de la nationalité ! », a-t-on encore pu entendre dans ce sens sur certaines vidéos partagées en début de soirée sur les réseaux sociaux.



Dans l’enceinte du stade, une autre clameur est montée des gradins, cette fois pour siffler l’hymne national. Les images retransmises par la télévision ont zoomé sur un drapeau national géant déployé face à la tribune d’honneur, puis sur les équipes et le banc de touche, alors que le commentateur sportif a tenté de couvrir de sa voix le grondement de la foule populaire.



Plus tard en soirée, le drapeau espagnol a été brandi par la foule des jeunes supporters qui ont continué à réclamer au nom du peuple la déchéance de leur nationalité marocaine.