Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
10.01.2019 à 11 H 56 • Mis à jour le 10.01.2019 à 11 H 56
Par
Libertés

Un travesti de Marrakech, maltraité par la police, cherche à obtenir l’asile à l’étranger

Mercredi 15 juin 2016. Une poignée de militants pour les libertés individuelles au Maroc ont allumé bougies et déployé le drapeau arc-en-ciel des LGBT à la mémoire des victimes de la tuerie d’Orlando. AIC PRESS
Victime de maltraitance par des policiers qui ont diffusé ses papiers d’identité et ses photographies intimes à travers les réseaux sociaux lors de son arrestation à Marrakech durant la nuit du réveillon, Chafiq Lafrid, un travesti de 33 ans, a émis le souhait de quitter le Maroc. Il est appuyé dans ses démarches par l’association MALI qui milite pour les droits des LGBT

Le Marocain travesti, récemment maltraité par des policiers à Marrakech, qui ont révélé son identité en diffusant ses documents personnels et photographies intimes sorties de son téléphone portable, cherche maintenant à demander l’asile dans un pays européen afin de « vivre comme il lui plait » sans être contraint de changer sa « façon d’être ».


Le scandale remonte à la nuit du 31 décembre. À son retour d’une fête de fin d’année, Chafiq Lafrid, 33 ans, a eu un accident de circulation mineur dans le centre de Marrakech avant de quitter les lieux, ce qui a entraîné l’intervention de la police pour l’arrêter. .


« J’ai arrêté la voiture, mais je ne voulais pas ouvrir la fenêtre parce que j’étais habillé en femme et j’avais peur des gens qui s’étaient amassés. Le policier a brisé la vitre de la voiture et m’a fait sortir », a-t-il déclaré dans une conversation téléphonique avec EFE.


Il a ajouté qu’au lieu de le protéger de la foule, les agents ont pris des photos de lui, qu’ils ont diffusées, ainsi que des images de ses propres documents personnels, qui ont commencé à circuler sur les réseaux sociaux.


Chafiq, originaire de Kohouribga vit à Marrakech depuis sept ans et travaille comme employé dans une clinique privée.


« Cet incident m’a beaucoup affecté, j’ai décidé de me rendre dans un pays européen respectueux de mon option sexuelle. De toute façon, à mon âge je ne peux pas changer ma façon d’être », a déclaré l’homme qui a également servi dans les Forces armées royales pendant onze ans.


Chafiq a déclaré avoir subi des dommages physiques et psychologiques à la suite de l’incident. Il a donc obtenu un congé de maladie d’un mois.


« Même un criminel n’est pas traité de la sorte, ma famille n’était pas au courant de mon orientation sexuelle et est maintenant sous le choc », a-t-il déclaré.


Les photos et vidéos de Chafiq, vêtues d’une robe de soirée bleue alors que les agents de sécurité le poussaient et recevaient des insultes de la part des passants, ont circulé massivement à travers les réseaux sociaux et WhatsApp.


L’accusation n’a retenu que sa tentative de fuite dans un accident de la route, tandis que la Direction générale de la sécurité nationale (DGSN) a imposé des sanctions disciplinaires à quatre officiers tenus coupables de violation de sa vie privée.


Selon une déclaration de la DGSN, les quatre agents, dont deux de haut rang, ont été sanctionnés par des mesures pouvant aller jusqu’à la suspension temporaire de leurs fonctions pour « ne pas avoir pris les mesures nécessaires pour protéger les données à caractère personnel » d’une personne sous garde policière.


La co-fondatrice du Mouvement alternatif des libertés individuelles (MALI), Ibtissam Lachgar, a déclaré à EFE que son organisation guidait Chafiq dans ses démarches pour quitter le Maroc et avait commencé par l’aider à obtenir un passeport, ainsi qu’à « gérer ses contacts avec la presse ».


« Des millions de personnes ont vu la vidéo, il ne peut changer de quartier car il est propriétaire de la maison où il habite et n’a pas d’autre endroit où aller », a déclaré Lachgar, qui a ajouté que Chafiq n’était pas un militant, et qu’avant cet incident il n’avait pas connaissance d’un mouvement de défense des LGTB au Maroc.


L’article 489 du Code pénal érige en infraction pénale l’homosexualité au Maroc qui punit d’une peine de six mois à trois ans « quiconque commet un acte indécent contre nature avec un individu du même sexe » et reçoit également une lourde réprobation de la société et des milieux politiques conservateurs.


Le travestisme, cependant, n’est envisagé dans aucun article juridique.


Les tribunaux marocains condamnent les auteurs d’attaques d’homosexuels afin d’envoyer le message que seule la justice est compétente en cas de troubles sociaux.


En août 2015, par exemple, le tribunal de première instance de la ville de Fès, a condamné à quatre mois de prison deux jeunes hommes qui avaient tenté de lyncher un transvesti victime de « violences et préjudices intentionnels » par la foule.


Le ministre de la Justice de l’époque, l’islamiste Mustapha Ramid, a défendu que les agresseurs soient poursuivis mais, à l’époque, il a exhorté les homosexuels à cesser de « provoquer la société ».


En août 2017, Ramid, devenu ministre d’Etat en charge des Droits de l’homme, a qualifié les homosexuels de « détritus » lors d’une conversation avec des journalistes alors qu’il ne savait pas apparemment qu’il était enregistré.