Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
28.01.2019 à 12 H 23 • Mis à jour le 28.01.2019 à 12 H 28
Par
Lobbying

Une ex-professeure de HEM Casablanca, agent d’influence anti-Qatar?

Une manifestation anti-Qatar organisée devant le siège des Nations Unies à New York, le 25 septembre 2018. DR
Selon la presse britannique, Nezha Tagmouti, identifiée comme étant une ex-enseignante de l’école de commerce HEM- Casablanca, serait l’organisatrice d’une « campagne de dénigrement » contre l’émirat du Qatar à New York et à Londres, où elle aurait incité des personnes recrutées sur les réseaux sociaux de manifester dans la rue contre de l’argent

Le Qatar a affirmé être victime d’une « campagne internationale de dénigrement » après que des figurants se seraient vus offrir 100 dollars pour participer à une manifestation contre le pays devant le siège des Nations Unies à New York.


La manifestation montée de toutes pièces à New York a eu lieu quelques semaines à peine après qu’une mystérieuse firme de relations publiques ait offert de l’argent en espèces pour participer à un « événement anti-Qatar » près de Downing Street, à Londres, lors d’une réunion entre Theresa May et Cheikh Tamim.


The Independent, qui rapporte l’information cite une personne qui a reçu un message sur Facebook demandant aux habitants de Brooklyn de « brandir des drapeaux » et de « défendre la paix » près du siège de l’ONU à Manhattan le 25 septembre –  le même jour, Donald Trump y prononçait un discours controversé devant l’assemblée générale de l’organisation.


Sur les lieux, il s’est avéré qu’il s’agissait clairement d’une manifestation contre le Qatar qui avait été suscitée par une femme à l’origine du message sur Facebook. Cette dernière, identifiée par la presse britannique, serait une marocaine du nom de Nezha Tagmouti, qui lui avait remis 100 dollars et un drapeau anti-Qatar à son arrivée.


Le post Facebook invitant à se réunir attribué à Nezha Tagmouti a été publié par The Independent. « J’organise un événement destiné à promouvoir la paix dans le monde », y a écrit Tagmouti. « Il y aura de la musique, des discours pour la paix devant les Nations Unies ». « J’ai besoin de personnes supplémentaires qui écoutent le discours, applaudissent et arborent les drapeaux de tous les pays du monde. Ces extras sont payés 100 dollars chacun ».


Message Facebook attribué à Nezha Tagmouti


La page Facebook de Nezha Tagmouti révèle qu’elle a également tenté de louer des figurants pour un autre événement à Londres le 22 juillet, le jour même où le dirigeant du Qatar, Cheikh Tamim bin Hamad Al Thani, est arrivé dans la capitale britannique, assure la même source.


« Je recherche des figurants pour faire une petite annonce à Londres dimanche de 13h à 16h. C’est très urgent. Merci pour votre aide », a-t-elle signifié dans son post.


En réaction à ces révélations, un diplomate qatari a déclaré à The Independent : « Le Qatar continue d’être la cible d’une campagne internationale de dénigrement visant à nuire à sa réputation et à l’éliminer de la Coupe du monde 2022 ».


« La campagne a utilisé à plusieurs reprises des tactiques sournoises, notamment des manifestations de protestation, dans le cadre d’une tentative infructueuse de propagation de fausses accusations et de manipulation des opinions du Qatar aux États-Unis, en Europe et au-delà », a poursuivi le diplomate.


« On ignore pourquoi Nezha Tagmouti, dont la page Facebook dit qu’elle réside à Paris, a payé pour le rassemblement ou si elle a agi en tant qu’intermédiaire pour un tiers », commente The Independant.


Toujours selon The Independant, il s’agirait d’une enseignante dans une école de commerce marocaine : sa page LinkedIn indique toujours qu’elle est professeur de marketing à l’école HEM de Casablanca depuis 2012 et responsable des masters, indique le média britannique.


Contacté par Le Desk, HEM Casablanca précise toutefois que Nezha Tagmouti a « quitté l’établissement depuis de nombreuses années ».


Lire aussi : L’étrange cas de Jamal Benomar, « agent » du Qatar aux Etats-Unis, protégé du Maroc ?