Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
12.02.2019 à 13 H 05 • Mis à jour le 12.02.2019 à 14 H 02
Par
Maroc-UE

Le parlement européen adopte l’accord de pêche incluant le Sahara Occidental

Le Parlement européen a approuvé le 12 février à Strasbourg l’adoption du 4e protocole de pêche avec le Maroc. Fait inédit, celui-ci inclut explicitement le Sahara Occidental et autorise les navires européens de pêcher dans ses eaux contre une compensation annuelle de 50 M€

Le Parlement Européen a adopté, ce jour, en session plénière à Strasbourg, à une large majorité (415 eurodéputés ont voté pour, 189 contre, 49 se sont abstenus), l’Accord de partenariat dans le secteur de la pêche et son Protocole, conclus entre le Royaume du Maroc et l’Union Européenne.


Un texte alternatif, défendu par 76 eurodéputés, prévoyant de solliciter l’avis de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a été rejeté par 410 voix contre 189.

Fait inédit, ces instruments juridiques couvrent la région du Sahara Occidental. Ils stipulent de manière explicite que la zone de pêche s’étend du parallèle 35 au Nord, au parallèle 20 au Sud, soit de Cap Spartel à Cap Blanc, au sud de la ville de Dakhla. 162 navires européens sont donc autorisés à pêcher dans les eaux marocaines, Sahara Occidental compris, en contrepartie d’environ 50 millions d’euros par an.


Cette adoption confirme également que le Royaume du Maroc est le seul habilité juridiquement, dans le cadre de l’exercice de sa souveraineté, à négocier et signer des accords incluant le Sahara Occidental.


Après l’adoption le mois dernier de l’Accord agricole, le vote d’aujourd’hui « vient confirmer l’attachement du Maroc et de l’Union Européenne au renforcement de leur partenariat stratégique, ainsi qu’à sa préservation des manœuvres politiques et juridiques désespérées menées par l’Algérie et le Polisario », commente l’agence MAP.


Le secteur de la pêche a toujours été une composante importante de ce partenariat. L’accord adopté vient préserver, consolider et développer les acquis de plus de 30 ans dans ce domaine, poursuit la même source.