Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
17.04.2019 à 18 H 30 • Mis à jour le 17.04.2019 à 18 H 35
Par
Terrorisme

Un attentat déjoué à Séville, un suspect marocain arrêté

Le dispositif de sécurité déployé par la police espagnole lors de la Semaine Sainte à Séville. EFE
Un attentat djihadiste a été déjoué à Séville et l'enquête a conduit à l'arrestation d'un suspect au Maroc, a fait savoir mercredi la police espagnole. Une perquisition est en cours au domicile du suspect dans la capitale andalouse, précise-t-elle dans un communiqué, ajoutant qu'elle a agi en coordination avec les autorités marocaines.

La police nationale espagnole a lancé mercredi une opération visant à désamorcer les plans d’un djihadiste de l’État islamique qui envisageait de commettre un massacre à Séville. Selon le site d’information espagnol El Confidencial, qui cite des sources anonymes, le suspect comptait passer à l’acte lors des célébrations de Pâques.


Selon des sources d’ El Confidencial confirmées dans la lutte contre le terrorisme, l’homme était prêt à attaquer de manière imminente  les processions de la Semaine Sainte qui couvrent les rues principales de Séville et rassemblant des milliers de personnes. L’opération de police est coordonnée par la Cour centrale d’instruction numéro 4 et le Bureau du Procureur de la Cour nationale.


Le suspect, Zouhair el Bouhdidi, 23 ans, étudiait à l’Université de Séville. Il a été arrêté au Maroc, son pays d’origine, dans le cadre d’une opération conjointe avec la police marocaine et grâce aux informations fournies par Madrid.


Les sources consultées soulignent le danger du terroriste et sa ferme détermination à mener à bien l’attaque. Le détenu lui-même avait déjà avoué aux autorités marocaines son intention de commettre un attentat-suicide.


Les experts de la police nationale espagnole chargée de la lutte contre le terrorisme djihadiste ont suivi ses traces pendant des semaines. L’opération en Espagne s’est concentrée sur l’analyse de ses relations personnelles pour tenter de confirmer qu’il n’avait pas bénéficié du soutien d’autres structures ou de complices. La police perquisitionne en ce moment son domicile de Séville, à la recherche de nouvelles preuves concernant ses projets terroristes.


Le détenu a tenté de provoquer un massacre avec un explosif artisanal, du TATP ou du trioxyde de triacétone, également connu sous le nom de « mère de Satan ». C’est le matériau le plus utilisé par l’État islamique pour sa facilité à le fabriquer avec de simples produits de droguerie. C’est la substance qui a été élaborée par les terroristes de Barcelone et la même utilisée également par la cellule des attaques de Paris de novembre 2015.


Les enquêtes, auxquelles le Centre national de renseignement (CNI) a également participé, suggèrent que le djihadiste avait prévu d’attaquer les processions à Séville ce mercredi, à seulement 11 jours des élections générales espagnoles, bien qu’il ne soit pas exclu qu’il aurait opté pour une autre date. Le détenu connaît bien la capitale de Séville où il réside depuis 2016.