Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
06.11.2019 à 21 H 40 • Mis à jour le 06.11.2019 à 21 H 46
Par
Infrastructures

Mohammed VI envisage une liaison ferroviaire Marrakech-Agadir

Gare ferroviaire de Marrakech. Archives
Dans son discours adressé à la nation à l'occasion du 44è anniversaire de la Marche Verte, le roi a appelé à « réflexion sérieuse » sur l'établissement d'une liaison ferroviaire entre Marrakech et Agadir et au-delà vers le sud. Un grand chantier d’infrastructure destiné à désenclaver la région Souss-Massa pour en faire un nouveau pôle de développement économique

Le Roi Mohammed VI a appelé à une réflexion sérieuse sur l’établissement d’une liaison ferroviaire entre Marrakech et Agadir, en envisageant la perspective d’une extension ultérieure au reste des Provinces du sud, « un projet qui constituera un levier essentiel pour la création de nombreux emplois, non seulement dans la Région de Souss, mais aussi dans toutes les zones avoisinantes ». Une suite concrète à sa volonté exprimée lors de son précédent discours du 29 juillet à l’occasion du vingtième anniversaire de son accession au trône par lequel il annonçait une nouvelle génération de grands chantiers.


« Nous préconisons aussi le développement du réseau routier que nous renforçons d’ores et déjà par la mise en place de la voie express Agadir-Dakhla », a affirmé le Souverain dans un discours adressé à la nation à l’occasion du 44è anniversaire de la Marche Verte.


Cette ligne, poursuit le Roi, « contribuera non seulement au désenclavement de l’ensemble de la région, mais surtout à son développement et à son essor économique, en dynamisant notamment le transport des personnes et des marchandises et en apportant un soutien aux secteurs économiques en général, aux activités d’export et au tourisme en particulier ».


« Ce projet d’infrastructure ferroviaire constituera enfin un levier essentiel pour la création de nombreux emplois, non seulement dans la Région de Souss, mais aussi dans toutes les zones avoisinantes », ajoute le Souverain.


Le Roi a souligné que la région de Souss-Massa doit, en effet « devenir un pôle économique reliant les parties septentrionale et méridionale du Maroc, en opérant la jonction entre Tanger au Nord et Oujda à l’Est d’une part, et nos provinces sahariennes d’autre part », relevant que « cette orientation s’inscrit dans le cadre de la régionalisation avancée, pensée dans l’esprit d’une répartition équitable des richesses entre les régions du royaume ».


« Le Maroc que nous appelons de nos vœux doit être édifié dans un esprit d’harmonie et de complémentarité entre ses régions », a indiqué le Souverain, notant, par ailleurs, que chacune de ces régions « doit pouvoir bénéficier équitablement des infrastructures et des grands projets, nécessairement profitables à l’ensemble du pays ».


Le Roi a affirmé que le développement régional « doit être fondé sur la coopération entre les régions et sur leur complémentarité » et que chacune d’elles « doit, selon ses potentialités et ses spécificités, disposer d’une grande zone dédiée aux activités économiques ».


« Il importe, également, de mettre en œuvre les politiques sectorielles au niveau régional », souligne le Souverain, relevant, à cet égard, que « la dynamique nouvelle, que nous avons lancée au niveau des institutions de l’État, du gouvernement et de l’Administration, devra, aussi, être déclinée à l’échelle régionale ».