Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
21.01.2020 à 15 H 34 • Mis à jour le 21.01.2020 à 15 H 34
Par et
Economie

Jouahri appelle à la révision du cadre légal du système statistique national vieux de 50 ans

Abdellatif Jouahri, Gouverneur de Bank Al-Maghrib, MOHAMED DRISSI KAMILI / LE DESK
Lors d’un séminaire organisé à Rabat ce 21 janvier, le Gouverneur de la Banque centrale a mis l’accent sur la nécessité de l’amélioration de la production des données économiques quantitatives infra-annuelles, tout en soulignant l’importance de revoir le cadre légal du système statistique national régi par des textes qui remontent à 1968, et de ses exigences en termes de ressources humaines et financières

Le Wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri, a mis en avant, mardi à Rabat, l’importance de la disponibilité de données économiques et statistiques fiables, compte tenu de l’ampleur de la tâche que constitue la production statistique pour une meilleure prise de décision publique.


La statistique officielle est obtenue à l’issue d’un processus rigoureux de collecte et contribue à la détermination des besoins, au suivi et l’évaluation des politiques publiques ainsi qu’à la prévision des évolutions économiques et sociales, souvent par le biais de modèles sophistiqués qui sont très exigeants en matière de données, a souligné Jouahri, à l’ouverture d’un séminaire sur « Le système national d’information et de modélisation : Fondements théoriques et enjeux de développement ».


Le Wali de BAM a rappelé, à cette occasion, l’importance de l’information pour la prise de décision, notant que le Maroc jouit, en comparaison avec ses pairs, d’une bonne position en matière de développement de son système statistique, en étant parmi les premiers pays des régions Afrique et MENA à adhérer à la Norme Spéciale de Diffusion des Données du Fonds monétaire international (FMI).


C’est dans ce sens que Jouahri, à la tête d’une institution qui, selon lui, est à la fois productrice et grande utilisatrice de données, mais aussi qui a recourt de manière intensive à la modélisation économique, a mis l’accent sur la nécessité de l’amélioration de la production des données économiques quantitatives infra-annuelles, tout en soulignant l’importance de revoir le cadre légal du système statistique national régi par des textes qui remontent à 1968, et de ses exigences en termes de ressources humaines et financières.


« Pour un système aussi décentralisé que le nôtre, il est nécessaire de mettre en place un cadre et des instances à même d’assurer une plus forte coordination de ses différentes composantes, d’établir les priorités en matière d’opérations à réaliser et d’instaurer des règles et des politiques claires en termes de production, de diffusion et d’accessibilité », a-t-il préconisé.


Pour sa part, le directeur du Collège Etudes stratégiques et développement économiques de l’Académie Hassan II des Sciences et Techniques, Nourredine El Aoufi, a indiqué que l’économie offre aux gouvernements des instruments incontournables pour mieux définir leurs politiques publiques, notant que des modèles économétriques très sophistiqués permettent aujourd’hui de faire des simulations approfondies sur des réalités économiques complexes, instables et volatiles évoluant dans un contexte d’incertitude.


Au Maroc, le système public de production statistique s’est développé et s’est diversifié sur les dernières années, a-t-il dit, faisant savoir que plusieurs institutions et départements publics remplissent la fonction de collecte systématique de l’information et de production statistique.


Il a toutefois relevé la problématique de l’accès aux données économiques et statistiques et d’asymétrie d’information à laquelle sont confrontés ces acteurs, tout en insistant sur l’importance de la disponibilité de l’information.


De son côté, le Secrétaire perpétuel de l’Académie Hassan II des Sciences et Techniques, Omar Fassi-Fehri, a mis en exergue l’importance du système national d’information et de modélisation dans le développement du Maroc, mettant en avant le rôle de l’Académie Hassan II des Sciences et Techniques dans la contribution à relever les défis du développement et du développement humain en traitant des thématiques relevant des sciences sociales.


Organisé par le Collège Etudes stratégiques et développement économiques de l’Académie Hassan II des Sciences et Techniques, en partenariat avec BAM, le ministère de l’Economie, des finances et de la réforme de l’administration, du Haut Commissariat au Plan (HCP) et l’Observatoire national du développement humain, ce séminaire réunit un parterre de scientifiques, de chercheurs et de représentants d’établissements publics en vue de débattre et de s’interroger sur le niveau d’adéquation des systèmes d’information nationaux et des systèmes de modélisation avec les impératifs du développement humain et durable dans le contexte marocain.


Ce séminaire est axée sur plusieurs thématiques notamment « La production de l’information économique : les chiffres de l’emploi » et la « comptabilité de la croissance peuvent servir de terrain d’exploration de la construction des catégories et de leur forme quantifiée », « La prévision et l’analyse des politiques budgétaire et monétaire », « Les modèles macroéconomiques : fondements et applications » et « La gouvernance par les nombres et le débat public ».