Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
04.04.2020 à 12 H 58 • Mis à jour le 04.04.2020 à 12 H 58
Par
Face au Covid-19

Austérité: L’Etat gèle ses dépenses et relève le plafond de la dette à international

Réunion du Comité de veille économique (CVE), le 23 mars 2020 à Rabat. MAP
Un projet de décret-loi qui sera examiné lors du prochain conseil de gouvernement prévoit de suspendre les engagements de dépenses non stratégiques et de dépasser le plafond de l’endettement extérieur prévu dans le Projet de Loi de Finances 2020

Ce vendredi 3 avril, le SGG a transmis aux ministres le projet de décret-loi numéro 2.20.320 relatif au dépassement du plafond des emprunts extérieurs et à la suspension des engagements de dépenses. Il sera examiné lors du prochain conseil de gouvernement.


Dans une note explicative adressée aux membres du gouvernement (voir document en bas d’article), le ministère des Finances annonce la levée supplémentaire de dette à l’international, supérieure à à ce qui a été initialement prévu dans la Loi de Finances 2020.


D’autre part, il sera procédé au gel des dépenses publiques considérées comme non stratégiques.


Pour la dette à l’international, il s’agira de relever son plafond en devises et dans toutes ses formes. Le plafond prévu par la loi de Finances 2020 qui est de 31 milliards de dirhams, sera donc relevé.


Les mesures d’austérité sont prises pour faire face à la chute des recettes fiscales due au ralentissement voire à l’arrêt de pans entiers de l’économie, de juguler les effets de la baisse des réserves en devises consécutive au fléchissement des exportations, à l’arrêt total des activités touristiques et aux transferts émis par les Marocains du monde.


D’un autre côté, le budget sera dédié à l’effort important à consentir aux secteurs sociaux névralgiques en ces temps de crise sanitaire, la Santé en priorité, mais aussi le soutien au tissu économique et aux ménages. Le volet sécuritaire, à travers le budget du ministère de l’Intérieur sera lui aussi priorisé.


Le document mentionne que certains secteurs ne seront pas concernés par le gel des dépenses publiques, à l’image des salaires des fonctionnaires, les marchés publics qui concernent le domaine de la santé, de la sûreté et les organismes gérés de manière autonome.


« Les loyers, les factures d’eau, d’électricité et de téléphonie payés par le gouvernements », seront également exclus selon le document, comme c’est le cas pour la caisse de compensation, les bourses d’étudiants et les pensions de retraite, indique-t-on.



Ces mesures sont prises dans le cadre de la gestion de l’impact économique mais aussi social de la pandémie du nouveau Coronavirus.