Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
08.05.2020 à 21 H 58 • Mis à jour le 08.05.2020 à 21 H 58
Par
CVE

Les intérêts intercalaires finalement pris en charge par les banques et l’Etat

Othman Benjelloun, président du GPBM. MOHAMED DRISSI KAMILI / LE DESK
Pour sa septième réunion, le CVE a décidé que l’Etat et le secteur bancaire devraient finalement prendre en charge l’intégralité des intérêts intercalaires générés par le report des échéances des crédits. Un point source de discorde entre les banques et leurs clients.

Une bonne nouvelle pour les personnes détentrices de crédit auprès des banques et ayant décidé de reporter les échéances. Réuni ce 8 mai, le Comité de Veille Economique a décidé que « pour les particuliers dont les revenus ont baissé du fait de l’état d’urgence sanitaire décrété, il a été décidé que l’Etat et le secteur bancaire prendront en charge l’intégralité des intérêts intercalaires, générés par le report des échéances des crédits logement et consommation pour la période s’étalant entre mars et juin 2020 ».


Dans un communiqué publié à l’issu de la septième réunion du CVE, on précise que la mesure est « valable pour les personnes ayant des échéances mensuelles de crédit allant jusqu’à 3000 dirhams pour les crédits logements et 1500 dirhams pour les crédits consommation, y compris ceux contractés auprès des sociétés de financement ». 400 000 personnes devraient bénéficier du report des échéances de crédits, précise la même source.


Cette décision faite suite à plusieurs plaintes de particuliers. Comme précisé dans un précédent article, plusieurs clients avaient été surprise d’apprendre qu’ils avaient à payer des intérêts supplémentaires, dus au report des échéances. Alors même que les banques avaient précisé qu’il n’allait pas être question de frais ni de pénalités de retard, certaines banques n’avaient pas pour autant fait des cadeaux à leurs clients.


Enfin, en vue de prévoir au prochain déconfinement, le CVE dit mettre en place, « à disposition des entreprises, un nouveau dispositif, massif, souple dans sa mise en œuvre et couvrant l’ensemble des segments des entreprises composant le tissu national. Pour cela, Damane Oxygène devrait être prolongé jusqu’au 31 décembre 2020 ». Aucune sûreté ne devrait être exigée, précise-t-on.


De plus, le CVE annonce que les entreprises dont le chiffre d’affaires dépassent les 500 millions de dirhams « devraient être intégrés dans un dispositif approprié pour le financement de la relance ». Les modalités de l’application de ce dispositif devraient être décidés par un comité constitué par le ministère de l’Economie, Bank Al Maghrib, la CGEM et le GPBM.